Accueil » CHRONIQUE » Inondations, responsables et météo

Inondations, responsables et météo

Il y a une semaine de ça, je passais sur une passerelle de l’oued de la commune où je réside. La première chose qui a attiré mon attention, c’est la saleté et les débris de toutes sortes qui jonchaient le lit de l’oued. C’était presque devenu une décharge publique pour les ordures. Une infrastructure naturelle conçue par le Grand Concepteur de la nature, aux fins de dégager les eaux pluviales en cas où une grosse averse diluvienne aurait lieu. Comme c’était le cas, il y a deux jours de ça. C’est un cas comme un autre qui pourrait être généralisé sur tout le territoire national. Puisque nos responsables, notamment ceux de proximité, sont conçus à partir de la même pâte et façonnés par le même régime politique, qu’attendrait ce maire ou tout autre responsable de la même trempe, pour agir en perspective, avant que le malheur ne tombe sur les têtes des citoyens. Pourtant, les services de la commune sont dotés d’une armada de travailleurs et de tout le matériel nécessaire pour nettoyer les oueds… Les travailleurs sont payés par l’Etat algérien et le matériel est également un bien de l’Etat. Donc, le maire and co n’ont rien à débourser de leurs poches. Il aurait suffit que son «altesse» donne un ordre ferme aux services concernés pour qu’ils entreprennent cette mission écologique et environnementale importante et impérative. Elle sera, en principe, exécutée même en dehors des considérations métrologiques et les conséquences graves susceptibles de se produire. Mais, il ne le ferait pas! Pourquoi? Parce qu’il savait pertinemment qu’il ne sera jamais, dérangé ni par le citoyen « inconscient et hors champs», ni même par ses supérieurs directs ayant d’autres chats à fouetter, non plus par une conscience professionnelle ou un sens du devoir, hypothétique, sans aucune existence réelle. C’est uniquement, lorsque le danger réel ait lieu que l’on se mette à courir follement, à droite et gauche. Nous avons tous vécu des scènes pareilles, il y a plus d’un mois à Chleff où une dizaine de citoyens avaient trouvé la mort, lors des inondations ayant eu lieu dans l’oued de Meknassa… Le hic, c’est qu’aucunes mesures de dissuasion n’ont été prévues contre les responsables, responsables de cette tragédie et cela va passer comme si rien n’était. Pourquoi? Et bien parce que dans ce genre de situation où les responsabilités sont enchevêtrées et fragmentées entre plusieurs instances, donc impossible à désigner le fautif. L’on préfère classer les dossiers plutôt que prévu. La solution serait de déclencher une campagne nationale de solidarité qui sera fortement médiatisée afin de diluer les causes réelles ayant enclenché la tragédie ….

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Stockage ! A pied d’œuvre

A moins de deux mois ...

Pluies salvatrices

Enfin et après des longs ...

«Mieux vaut tard que jamais» Pluie de bon augure !

Bien que son arrivée soit ...

L’huile de table commence à se faire rare

Ce matin, en ouvrant ma ...

Le gaz algérien sauverait-il l’Italie?

Le partenaire italien vient de ...