Accueil » CHRONIQUE » Inondations de Bab El Oued Il y a déjà 20 ans de cela…

Inondations de Bab El Oued Il y a déjà 20 ans de cela…

Qui ne se souvient pas des inondations qui ont eu lieu, il y a 20 ans, dans la commune de Bab El Oued à Alger. Au fait, il n’y a que les esprits dérangés qui oseraient ne pas se souvenir d’une tragédie nationale qui a laissé pertes et victimes. Ainsi, elle a marqué tous les Algériens. C’était un jour de deuil national inoubliable. Les inondations sont familières lors de chaque hiver; toutefois, celles de Bab El Oued étaient d’une force destructrice sans précédent. La preuve, c’est que nous sommes en train d’en relater l’événement, après deux décennies de son avènement. C’est une catastrophe qui a bien réussi à s’imposer dans les annales. Cependant, était–elle une catastrophe naturelle, dépassant les possibilités de l’Homme ou bien était-elle naturelle avec la responsabilité complice de l’Homme? Et, bien les inondations de Bab El Oued étaient le prototype même des conséquences néfastes du laisser–aller et du je-m’en-foutisme. C’était, en effet, l’exemple frappant de la mauvaise gestion de la chose publique, par la commune, les travaux publics, la daïra, la wilaya, les citoyens….!? Peu importe!! ..Tout le monde devrait avoir une part de responsabilité dans cette tragédie… Les parts ne sont pas, certes, égales pour tout le monde, mais tout le monde est responsable… ne serait-ce qu’à dénoncer les responsables qui n’accomplissent pas leurs devoirs correctement. En principe, nous devrions apprendre de la leçon de Bab El Oued ! Avons-nous appris – c’est-à-dire les responsables concernés de cette tragédie? A ma connaissance peu ou rien dans l’ensemble. Peut-être, dans les deux ou trois ans ayant suivi cet événement et puis, c’était le retour au mauvais pli et à l’esprit tordu. Chez nous, un maire affairiste, c’est fait pour traiter des affaires juteuses pour son compte personnel et non de curer les avaloirs de la ville ou nettoyer les oueds et les caniveaux. L’on se porte candidat, pas pour servir les intérêts de la ville ou de la commune et des citoyens, mais pour accéder à l’APC, devenue une mine d’or pour certains. C’est par là que passerait le grand fleuve du miel de la République. Qui penserait aux inondations et à leurs conséquences tragiques? Il y a une semaine de ça, il y a eu des pluies torrentielles dans plusieurs régions du territoire national… et bien, je ne vous dirais pas, ce qui c’est passé : consultez vous-même les réseaux sociaux et les images vivantes y sont affichées pour satisfaire vos curiosités. Vous allez apprendre à quel point nous ne sommes pas prêts à apprendre, ni de nos leçons du passé et ni de celles des autres…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Personnel médical résistant: Un vibrant hommage

Si nous sommes pris à ...

Une épidémie d’inconscience

Une question dont on ne ...

El Bahia laissée pour compte

Je vais me contenter d’émettre ...

Compétitions africaines: Des leçons à apprendre

Quand une compétition africaine est ...

Névrose obsessionnelle métropolitaine

Il n’y a pas une ...