Accueil » ÉCONOMIE » Inflation et Ramadhan Pouvoir d’achat: en queue de poisson?

Inflation et Ramadhan Pouvoir d’achat: en queue de poisson?

Alors que l’inflation rime avec pouvoir d’achat en dépit des augmentations du prix du baril qui a frôlé la barre des 100 dollars le baril, les Algériens se plaignent encore de la saignée des prix en ce mois sacré du Ramadhan. L’augmentation du pouvoir d’achat en Algérie permettra au pays de parvenir à une économie nationale forte et sera « un moteur » de la croissance économique, selon Sami Agli président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC). Sur sa lancée, il avait interpellé les pouvoirs publics sur l’urgence de faire de l’année 2022 une année charnière après les affres de la crise sanitaire et son impact sur le quotidien des ménages algériens, avec comme priorités notamment l’augmentation du pouvoir d’achat, la lutte contre l’informel, la stabilité de la législation, la numérisation et l’accompagnement des opérateurs économiques pour s’orienter vers l’étranger. Rappelons que ces réponses faisaient suite à la décision lors de la réunion du Conseil des ministres d’octobre 2021 où le président Tebboune, avait ordonné au gouvernement de prendre des « dispositions immédiates » pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Pour la centrale syndicale, ces mesures iront, certainement, à estomper l’impact de la crise sociale et à améliorer le pouvoir d’achat en réponse aux revendications des travailleurs. La réduction de l’impôt sur le revenu global (IRG), l’augmentation du point indiciaire dans la Fonction publique et la coordination étroite entre les ministères du Commerce et de l’Agriculture en vue d’assurer un contrôle maximal sur les produits agricoles, les légumineuses et les pâtes alimentaires. Les pouvoirs publics, par ailleurs, adoptent un discours biaisé. Pour eux l’amélioration du pouvoir d’achat et en plus de la revalorisation des salaires, « le fonctionnaire bénéficiera de l’augmentation du point indiciaire, de même que le chômeur aura droit à une allocation chômage » selon certains responsables. L’enveloppe consacrée à l’allocation chômage est de l’ordre de 145 mds DA/an, et ce chiffre pourrait augmenter en fonction du nombre des demandeurs de cette allocation. Il est question du maintien de la politique d’aide sociale telle que convenu dans les dispositions des lois de Finances, la subvention des prix des matières premières, outre la prise en charge par le Trésor public de l’incidence de la hausse des prix des produits de consommation sur les marchés internationaux, en vue de préserver la stabilité des prix, selon certains responsables. Cependant, les transferts sociaux exécutés dans le cadre de la politique de subvention ont atteint 1.942 mds DA cette année. Pour rappel, la révision du point indiciaire vient conforter les mesures prises dans le cadre de la loi des finances 2022, visant l’amélioration du pouvoir d’achat du citoyen.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

4ème Conférence africaine sur la gestion des Finances publiques. Blanchiment d’argent et lutte anti-corruption en ligne de mire

La lutte contre les flux ...

Lutte contre la drogue. Pour une approche stratégique appropriée

Les affaires et les procès ...

18ème édition du Salon International de la Pharmacie en Algérie (SIPHAL). Industrie pharmaceutique algérienne: Quelles perspectives?

Cette démarche s’inscrit dans le ...

ENTMV. Un navire italien et un solde sans précédent des billets

Le navire italien affrété par ...

Cancéreux sans couverture sociale. La CNAS accélère le processus de prise en charge

La carte Chiffa est désormais ...