Accueil » RÉGIONS » Incivisme à Mostaganem. Vol grandissant du mobilier urbain

Incivisme à Mostaganem. Vol grandissant du mobilier urbain

A l’instar des autres villes, Mostaganem est aussi victime de la dégradation occasionnée par le vol croissant du mobilier urbain. Il y a quelques années de cela, on s’inquiétait de l’incivisme, des comportements scandaleux et des dégradations qui agressaient le mobilier urbain. En revanche, aujourd’hui, on assiste à un autre phénomène beaucoup plus préoccupant. Des voleurs de mobiliers urbains pour la revente en ferraille. Vannes, égouttoirs, avaloirs, couvercles de regards, supports et plaques de signalisation routière, bois de bancs publics, fils électriques, rails de chemin de fer, tapis d’aires de jeux, panneaux d’abribus, clôtures de stades de proximité etc… à soustraire du décor urbain pour les revendre aux barons du marché clandestin. On a tous remarqué que la majorité des avaloirs, existant sur le tissu urbain, ont été volés et remplacés par de vieux pneus….et les pneus sont mis sur le vide afin d’éviter les accidents. Il faut souligner que depuis l’implantation de l’usine TOSYALI, ce phénomène a pris de l’ampleur mais quelle ampleur. Cette usine achète mais sans se préoccuper de la provenance des déchets ferreux déposés sur son site. C’est ahurissant de constater que là où il y a de l’argent, il y a des espèces de réseaux même non structurés mais ils existent bel et bien. Ceci signifie tout simplement que ceux qui achètent le mobilier soustrait à la ville connaissent parfaitement sa provenance. Par conséquent, ceux-là sont des receleurs donc condamnables. On pourrait même parler de réseaux puisque le vol du mobilier urbain ne s’arrête pas. Ces réseaux ne pourraient pas être invisibles puisque des convois incessants de trailers transportent les déchets ferreux vers cette destination connue. On parle de réseaux, c’est presque certain, car là où il y a de l’argent facile à gagner, on s’y met même si la loi l’interdit. Tout porte à croire que l’on continue à voler le mobilier urbain dans l’impunité la plus totale puisque ce désastre ne s’arrête pas. Des camionnettes, des charrettes et autres déambulent dans la ville avec un chargement de déchets sans s’inquiéter et personne ne dit rien. Le constat est sans appel, la ville est agressée dans son environnement. Cette situation mutile le cadre de vie pour lequel certains y ont travaillé dur. Mostaganem doit se débarrasser de ses énergumènes qui volent, qui saccagent et ruinent la cité pour deux sous.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Investissements à Mostaganem L’opération d’assainissement du foncier industriel touche 85 concessions

La stratégie de l’investissement a ...

Agriculture à Mostaganem. Le label une franche valeur ajoutée à l’export

La 2ème journée du Salon ...

Mostaganem. Le Plateau Marine est aussi une zone d’ombre… urbaine

Le Plateau Marine, un quartier ...

Traditions de Mostaganem. Les «Mellayates» et la fontaine publique, tout un mode de vie

A Mostaganem, pour les besoins ...

Radio Mostaganem. Le directeur plaide pour une radio citoyenne performante

La Radio Régionale de Mostaganem ...