Accueil » RÉGIONS » Incivisme à Mostaganem. Silence!!! On dépouille la ville

Incivisme à Mostaganem. Silence!!! On dépouille la ville

Ces jours-ci, la ville de Mostaganem vit, malencontreusement, une scène de pillage de mobilier urbain sans précédent. On vole tout ce qui se vend, notamment les métaux. Un phénomène qui prend une ampleur démesurée et qui inquiète forcément. Les voleurs qui activent la nuit trouvent une facilité déconcertante à arracher, démonter, charger des métaux de tous genres. Des voleurs qui se spécialisent dans la dépravation de ce qui est utile au citoyen… le mobilier urbain. On a commencé à voler les vannes et couvercles d’avaloirs en fonte, dédommageant ainsi tout le réseau. Ceci bien sûr a eu des conséquences fâcheuses durant les périodes de fortes pluies. Petit à petit, on a pris goût au métal car il est facilement écoulé. Un grand acheteur de l’Oranie a donné du goût aux malfaiteurs de la ville et a créé, infailliblement, des réseaux de pillards de plaques de signalisation, de grilles de tous genres, de haies métalliques, de supports de toboggans, de façades entières d’abris bus sans parler de bacs à ordures de tailles énormes. Ce qui ne s’explique pas, pour le citoyen lambda, c’est la croissance de ces réseaux de voleurs qui pillent des objets volumineux, qui les chargent et qui les transportent dans l’impunité la plus totale. Les quelques camions de chiffonniers qui sillonnent le périmètre urbain durant la journée semblent être autorisés comme activité  »classée’‘. Personne ne sait qui les contacte pour un tel travail. Aujourd’hui ce qui est préoccupant c’est qu’on dévaste la ville et on lui cause des préjudices inestimables. Le fléau prend de l’ampleur et la cerise sur le gâteau c’est tout saccager sans aucune crainte. On apprend que les pillards démontent les portails et portes métalliques de bâtiments, de mosquées et de terrains de proximité… les voleurs visent gros car les receleurs, ceux qui amassent les tonnes de métaux le font sans y être autorisés. Depuis Mostaganem, on envoie vers l’acheteur des tonnes de métal via la route mais les sites de stockage semblent être inconnus. A l’arrivée, disons chez l’acheteur, tout y va même s’ ils savent qu’un avaloir, une plaque de signalisation, une grille etc… sont des objets publics, on ne leur demande jamais un procès-verbal de réforme. On achète et on encourage le pillage. Ce phénomène fastidieux doit être combattu avant que les réseaux se consolident par les moyens car les acquis volés font de l’argent. Il est clair que cela doit cesser par n’importe quel moyen. La spéculation, le narcotrafic et les autres crimes sont identiques au vol de mobilier urbain mais souvent impunis.

À propos CHAREF KASSOUS

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Mostaganem. La médiation de la République, un axe hautement stratégique

Le 20 février dernier, a ...

18 février à Mostaganem. D’intenses activités pour immortaliser les sacrifices des Chouhada

A l’occasion de la célébration ...

Mostaganem. 1ère Conférence nationale sur le théâtre radiophonique

A l’occasion de la journée ...

Mostaganem. La radio régionale fête son 20ème anniversaire

Créée dans les années 2004, ...

Education à Mostaganem. Ces enfants qui ne connaissent pas les bancs d’école

En Algérie la scolarisation est ...