Accueil » ACTUALITE » Importation des voitures de moins de 03 ans. Forte demande sur l’Euro

Importation des voitures de moins de 03 ans. Forte demande sur l’Euro

L’Euro et le dollar prennent depuis la 4eme semaine de février des devants records devant le dinar algérien dans les marchés noirs des devises. Quels seront les tarifs de la «Omra» de 2023 étant donné que les pèlerins devront payer en devises certaines prestations comme l’hébergement et le transport? Quels seront aussi les prix des voitures importées ? forte demande sur la devise européenne qui coïncide avec la reprise de l’activité d’importation de véhicules de moins de trois ans d’âge a sonné l’alerte aux opérateurs économiques et autres concessionnaires des véhicules. Indéniablement la filière automobile actuellement en bonne santé en Algérie et la «Omra» ont fait grimper la valeur de la devise étrangère principalement l’euro et le dollar. Déjà que les coûts des matières premières et des produits alimentaires de base sont devenus insupportables sur les marchés mondiaux, voilà que la filière automobile n’est pas épargnée elle aussi par les retombées de la flambée de l’Euro en raison du taux de change de devise en vigueur depuis quelques jours sur les marchés informels en Algérie. Dès l’annonce par le gouvernement d’une reprise somme toute imminente d’importation des voitures, les indicateurs des changes des devises ont soudainement grimpé en faveur de l’euro qui demeure la principale monnaie de change dans les transactions des voitures. Il est clair que la monnaie européenne flambe suite à la reprise de l’activité d’importation des voitures de moins de 3 ans. Ainsi, l’importation des véhicules d’occasion de moins de 3 ans est effective depuis la publication des textes d’application en Algérie. Attendue de pieds fermes par les opérateurs des changes sur les marchés noirs, la reprise de l’activité de la filière intervient également à quelques jours du mois de ramadhan avec ce qu’il suppose comme effervescence du pouvoir d’achat. L’achat d’une voiture importée et les approvisionnements du mois sacré avec la flambée de produits de consommation s’apparente ainsi à un vrai parcours de combattant tant pour les ménages que pour les opérateurs. Autant de dépenses qu’auront du mal à supporter les algériens. Il y a aussi le début de la saison de la «Omra» qui n’arrange nullement les acheteurs des voitures en raison des coûts exorbitants qu’auront à subir les prix des voitures à cause de la poussée de l’Euro. Que ce soit au Square de Port Saïd à Alger ou dans les places du marché noir à Oran, une flambée de l’euro et du dollar est enregistrée ces jours-ci. Il est évident que la cause essentielle à l’origine de la montée de l’euro est justifiée par la reprise de l’activité automobile, l’importation des voitures de moins de 3 ans ainsi que la période de la Omra. Un fait qui a métamorphosé les habitudes des citoyens dont la demande s’en est allée crescendo sur les voitures. Effectivement, le marché parallèle de change a connu une courbe ascendante jeudi dernier. Un phénomène qui s’explique donc par le retour de l’activité d’importation des véhicules semi-neufs et la préparation à la période du petit pèlerinage. Le square de la capitale a de ce fait enregistré une forte demande suite à laquelle le prix record de l’euro a franchi le cap des 218 dinars pour atteindre 223 dinars. Il s’agit là de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk. Tandis que le taux de change du dollar américain a atteint la barre des 221 dinars algériens à la vente. Et cela, après qu’il ait été échangé, il y a dix (10) jours, contre 215. Une hausse que les cambistes du marché noir lie à la décision du gouvernement de donner le feu vert à l’importation automobile. Une équation, justifiée par d’autres, par des raisons économiques. « Des citoyens s’attendent à ce que le taux de change augmente pour en tirer profit en le remettant en vente », disent certains. En effet, face à une telle hausse sur le taux de change de l’euro et du dollar, la demande massive est également liée à un autre événement. Comme souligné par des vendeurs, des citoyens se précipitent pour se procurer la devise en marge de la période de la Omra. Ce qui entraîne une augmentation fulgurante de la monnaie européenne avant le mois du Ramadan. Dans ce sens, l’expert en économie et ancien conseiller auprès des Nations unies, Abdelmalek Serrai, a insisté sur la nécessité d’introduire les bureaux de change. Une stratégie qui, selon lui, mettra fin à la hausse des prix des devises. Elle permettra, de son avis, par la même occasion, à l’État de contrôler et surveiller le marché de change contre toute exploitation illégale.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ruées massives et précoces des estivants sur les plages de l’ouest Il ne suffit plus de température minimum pour se baigner

Faut-il attendre une température minimum ...

Sécurisation des plages «Opération coup de poing contre les squatteurs»

Comme il a été dénoncé ...

Prochaine session d’APW. Les forêts, la saison estivale, la santé et d’autres dossiers

La prochaine Session ordinaire de ...

Le président de la République préside une réunion du Conseil des ministres. Projets de grande envergure au menu

Un nouveau Conseil des ministres ...

En période électorale, l’obsession politique sur l’Islam devient particulièrement préoccupante. La mosquée de Paris dénonce

Que reproche-t-on aux Musulmans de ...