Accueil » ORAN » Immeuble menaçant ruine à la rue Abderrahmane Benali (Boulanger). Plusieurs familles en danger

Immeuble menaçant ruine à la rue Abderrahmane Benali (Boulanger). Plusieurs familles en danger

Une douzaine de familles ha-bitant un immeuble mena-çant ruine, situé à la rue Abderrahmane Benali (Boulanger), lancent un appel de détresse au wali d’Oran pour leur relogement avant qu’une catastrophe ne se produise. L’immeuble en question est très détérioré et fragilisé, les murs à l’intérieur des appartements sont fissurés et les dalles découvertes, d’ailleurs un drame a été évité de justesse cette semaine, un plafond est tombé d’un appartement vétuste. Fort heureusement aucune victime n’est à déplorer. Mais jusqu’à quand ? Un immeuble qui devait en principe être évacué depuis longtemps, alors que d’autres immeubles qui étaient en bonne état ont été relogés. Des centaines de familles vivent la même situation. Lors de l’effondrement du toit, les services de la protection civile, ceux de la police du 6ème arrondissement et le service de la voirie de la commune d’Oran sont intervenus sur le lieu. Comme à l’accoutumé, elles se sont contentées de promesses. Ces familles tirent la sonnette d’alarme sur leurs conditions de vie. Ces dernières vivent sous une menace permanente de voir leur immeuble s’écrouler et craignent pour leur vie et celle de leurs enfants à tout moment. Le phénomène des effondrements partiels des vieilles bâtisses dans la première commune d’Algérie ne cesse de faire, après une série, parler de lui après une série de cas enregistrés ces dernières années, voilà un nouvel immeuble qui risque de tomber en ruine. L’occupant de l’appartement qui a vu le toit s’effondrer, Mr Houari, nous dira : »comme vous voyez mes enfants et ma mère en âge avancée ont frôlé la mort, ils étaient là quand le toit a chuté  ». Il faut reconnaître aussi que l’opération de recensement des familles occupant des immeubles classés rouge par le CTC était délicate, car nombreuses sont celles qui les squattent illégalement avec le silence complice de certains responsables au niveau des secteurs urbains chargés de cette opération, car comment expliquer que des centaines d’immeubles ont été squattés sans être signalés. Enfin, même si le quota de logements réservés aux occupants des immeubles menaçant ruine est bel et bien disponible depuis plusieurs mois, aucune date n’est encore fixée.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée commémorative. 232 ème anniversaire de la libération de la ville d’Oran de la colonisation espagnole

La libération d’Oran en 1792 ...

A quand un transport digne d’Oran

Le transport public n’est pas ...

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...