Accueil » ACTUALITE » Ils sont soumis à une évaluation périodique. Les walis sous haute pression

Ils sont soumis à une évaluation périodique. Les walis sous haute pression

Les walis qui s’acquittent de leur mission, sont soumis à une « évaluation périodique». L’action de ces commis de l’Etat, territorialement compétents, est suivie à la lettre par le président Tebboune en personne. Et comment! Leur action pèse en effet beaucoup sur le développement local. En plus, le rôle-clé des walis dans la réussite du programme du président ou du plan d’action du Gouvernement et de son Premier ministre est primordial. En cas d’échec, on le sait, le wali est automatiquement soit muté ou relevé de ses fonctions. Une pression énorme pèse sur les walis. D’abord en raison de la conjoncture sanitaire qui prévaut dans le pays à l’instar d’autres pays du monde et de l’obligation de bonne gestion et de résultats. La seconde est liée aux «engagements» du président de la République Abdelmajid Tebboune devant le peuple pour l’édification de l’«Algérie nouvelle», l’instauration d’un Etat de droit et le renforcement de la paix sociale outre l’amélioration des conditions de vie et du pouvoir d’achat des citoyens. Raison qui fait que ce mois de Ramadhan qui pointe dans trois jours, soit une véritable épreuve de force pour les actuels walis. Ils devront en effet être sur tous les fronts. Intervenir pour résoudre les conflits, multiplier les sorties d’inspection et de travail, assurer la disponibilité des produits et la régulation des marchés de fruits et de légumes pour protéger le pouvoir d’achat, renforcer la prise en charge des revendications sociales des citoyens comme celle liée au logement, poursuivre la lutte, la prévention et le suivi dans les wilayas de l’évolution de la pandémie du Covid-19, améliorer le service public dans les bureaux de poste lors des retraits de liquidités par les citoyens, être au chevet des démunis et des SDF, renforcer la sécurité et la circulation sur les routes, gérer les projets et l’investissement, dégager des assiettes de terrain fertiles au projets industriels …autant de missions qui attendent donc les walis durant ce mois spécial. Ils devront recharger leurs batteries pour mieux l’affronter. Il apparaît logique et fort légitime d’ailleurs que ce programme du Président doit être appliqué sur le terrain par les walis territoriaux qu’il nomme en poste. Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire, Kamel Beldjoud, a affirmé jeudi à Alger que les walis de la République étaient « soumis à une évaluation périodique basée sur des normes spécifiques liées à leurs domaines d’intervention ». Répondant à une question d’un membre du Conseil de la Nation lors d’une séance plénière présidée par Salah Goudjil, président du Conseil, M. Beldjoud a indiqué que « les walis de la République qui s’acquittent de leurs missions en toute responsabilité et sens de l’engagement conformément à leurs prérogatives, sont soumis à une évaluation périodique reposant sur des normes spécifiques liées à leurs domaines d’intervention ». « La fonction de wali est d’autant plus importante et sensible qu’il est considéré comme étant le premier responsable au niveau local, en sa qualité de représentant de l’Etat et de délégué du Gouvernement qui veille à la mise en œuvre des instructions et mesures en faveur du développement local », a poursuivi le ministre. Selon le ministre, « la nomination à ce poste relève des prérogatives du président de la République conformément aux dispositions de l’article 92 de la Constitution où la nomination à cette fonction est soumise à des dispositions spécifiques et des critères précis. Les candidats sont sélectionnés parmi les cadres ayant une expérience dans la gestion locale et un niveau universitaire ». Soulignant que la question de la réalisation du développement local exigeait la conjugaison des efforts de tous les acteurs locaux, à savoir les responsables, les élus, la société civile et toutes les compétences et ce, dans le cadre de la concrétisation des instructions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, notamment à la lumière de la situation sensible que traverse le pays, M. Beldjoud a assuré, dans ce sens, que « des problèmes sont enregistrés au niveau de certaines wilayas et résolus en fonction des moyens offerts afin d’améliorer les conditions de vie du citoyen ». Interrogé sur le développement local dans la wilaya de Jijel, le ministre a répondu qu' »en dépit des conditions sanitaires dues à la pandémie de Covid-19, une évolution considérable a été enregistrée en termes de critères de développement dans ladite wilaya », citant la réception par la wilaya, fin 2020, de nombre de projets dans différents secteurs, notamment la réception de 236 opérations dans le cadre de programmes sectoriels, 117 opérations dans le cadre des plans de développement de la commune et 317 opérations de le cadre des programmes de réhabilitation. Il s’agit également du recensement de 238 zones d’ombre d’un nombre global d’opérations s’élevant à 678 où 264 ont bénéficié de la prise en charge financière d’un montant de 4,05 Mds DA, en sus de la réception et la distribution de nombre de logements de différentes formules dans la wilaya de Jijel.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...