Accueil » ACTUALITE » Il est en contact avec le Maroc et le Front Polisario. De Mistura bientôt dans la région

Il est en contact avec le Maroc et le Front Polisario. De Mistura bientôt dans la région

Dans une conjoncture difficile marquée par une reprise des combats, la mission des Nations Unies pour la paix au Sahara occidental Minurso déployée à El Ayoune depuis sa création en avril 1991, a rencontré des obstacles et des embûches ayant impacté sa mission en raison de la réticence du côté marocain. Cette mission dont la principale tâche consistait à l’organisation d’un référendum libre sur l’autodétermination du Sahara n’avait de cesse depuis de faire l’objet de certaines « critiques » sur une supposée impuissance à faire face devant les menaces marocaines. Les observateurs de la minurso déployés sur le terrain et qui exerçaient difficilement leur mission, ont donné aux spécialistes l’impression de prêcher dans le désert en raison des hostilités du Maroc commises sur le peuple et les civils sahraouis, sur les territoires occupés et ne seraient guère allés loin dans leur intention et mission de rétablir la paix. Le front Polisario rappelle une nouvelle fois, après la nomination par l’ONU d’un nouvel envoyé spécial pour le Sahara occidental, les péripéties du dossier. Il dit sans ambages et sans détours que le processus de paix au Sahara occidental a connu des «développements extrêmement dangereux». En 2021, rappelons- le, le professeur d’anthropologie Vivan solana, à l’université d’Ottawa au canada, avait déclaré que le processus de paix des Nations unies au Sahara «n’a pas atteint ses objectifs» car, selon lui, les alliés du Maroc ont passé leurs intérêts contre le droit des sahraouis à l’indépendance. Après un statu quo en faveur au Makhzen, les tensions reprennent au Sahara occidental en ce sens qu’on parle d’ores et déjà d’un échec «total» et «flagrant» à la fois de la mission de Minurso sous Kohel. Quelles perspectives alors de relance de ce processus de paix ? L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura prépare sa première tournée dans la région, a indiqué M. Stéphane Dujarric, porte-parole du SG de l’ONU, Antonio Guterres. Citant les propos de M. Dujarric, l’Agence de presse sahraouie (SPS) a rapporté que M. De Mistura prépare sa première tournée dans la région, soulignant que « ce dernier est en contact avec les deux parties concernées, à savoir le Front Polisario et le Maroc ». Pour rappel, M.Guterres avait annoncé, le 6 octobre 2021, la nomination du diplomate italien, Staffan de Mistura, en tant que son nouveau envoyé personnel au Sahara Occidental, en remplacement de l’ancien président allemand, Horst Kohler qui a démissionné le 22 mai 2019. Suite à la nomination de M. De Mistura, le Front Polisario a rappelé, dans son communiqué, que la nomination de De Mistura  » intervient à un moment où le processus de paix de l’ONU au Sahara occidental a connu, du 6 septembre 1991 au 13 novembre 2020, des développements extrêmement dangereux, car le Maroc a sapé le mandat de la Mission des Nations Unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) tel qu’établi dans la résolution 690 (1991) du Conseil de sécurité et les résolutions pertinentes, torpillé le cessez-le-feu et déclaré de nouveau la guerre au peuple sahraoui ». Il a réitéré que « la seule voie à suivre pour parvenir à une solution pacifique, juste et durable garantissant la décolonisation du Sahara occidental est de permettre au peuple sahraoui d’exercer librement et démocratiquement son droit inaliénable et non négociable à l’autodétermination et à l’indépendance conformément à la légalité internationale et aux résolutions pertinentes des Nations Unies et de l’Union africaine ». Par ailleurs, le représentant du Front Polisario aux Nations unies (ONU) et coordonnateur du Front avec la Minurso, Mohamed Sidi Omar, a appelé le Conseil de sécurité à prendre des mesures concrètes pour régler la situation au Sahara occidental qui a connu un changement radical depuis la reprise de la lutte armée le 13 novembre 2020, insistant sur l’impératif pour le Conseil de sécurité de prendre conscience des conséquences graves résultant de la politique du « statu quo ». La déclaration du diplomate sahraoui intervient dans un article intitulé « L’opération de paix de l’ONU dans le Sahara occidental : statu quo et perspectives », publié dans un livre paru récemment en allemand intitulé « le conflit dans le Sahara occidental entre occupation, impérialisme et autodétermination », regroupant nombre d’articles de chercheurs allemands et d’académiciens internationaux et sahraouis. L’écrivain a évoqué la situation du processus de paix et les obstacles rencontrés en raison de l’inaction du Conseil de sécurité du fait de l’influence de certains de ses membres actifs, ce qui a encouragé le Maroc à persister dans la voie de la légalisation de son occupation illégale de certaines régions du Sahara occidental.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

33 producteurs, 10 familles, 4 artisans et 2 importateurs de viande rouge présents. 121 brigades de contrôle mobilisées pour le Ramadhan

Le mois de Ramadhan est ...

108 milliards de centimes pour la Commune d’Oran. «Est-ce une valeur déductible de la fiscalité ou une compensation du FFCL ?»

La commune d’Oran vient de ...

Des réductions de 10 à 25 % durant le mois de Ramadhan. Aucune hausse des prix ne sera tolérée

Les Algériens peuvent s’estimer heureux ...

La pionnière du syndicalisme féminin oranais Keltoum Abderahmane n’est plus. Décédée le jour de la création de l’UGTA

Un pilier du militantisme et ...

Resserrement des rangs pour l’édification de l’Algérie nouvelle. Le discours optimiste de Tebboune

Comment édifier une Algérie nouvelle ...