Accueil » ORAN » Hassi Bounif. Après les ordures, les chiens errants

Hassi Bounif. Après les ordures, les chiens errants

Le chat, le chien et d’autres animaux domestiques ou sauvages (vache, renard, singe, souris…) sont transmetteurs d’une redoutable maladie qui sévit toujours en Algérie, la rage. Il s’agit d’une maladie virale et mortelle, les chiens errants, non vaccinés et vivant dans des conditions sanitaires précaires, sont un réservoir et un propagateur de zoonoses, notamment la rage qu’ils peuvent transmettre à l’homme par morsure. Le nombre de chiens errant ne cesse de se multiplier en l’absence d’opération d’abattage et surtout de l’insalubrité qui règne dans les quartiers et cités de cette commune. Chaque jour qui passe nous révèle des dysfonctionnements à vous donner le tournis. En 2023, l’Algérien est amené à parler de chiens et de bêtes errantes qui nous envahissent. Les villes, villages… pullulent de chiens en quête de nourriture. A l’origine, la plupart de ces bêtes étaient exploitées dans le gardiennage des chantiers en réalisation. Sitôt les travaux terminés, les utilisateurs les lâchent dans la nature. Hassi Bounif, et à l’instar des autres agglomérations, n’échappe pas à cette situation. Tout le monde aura remarqué la prolifération des chiens errants à travers les quatre coins de la ville de Hassi Bounif. Ces bêtes, jusque-là gardées dans les chantiers en construction, désertent leurs locaux pour venir se regrouper chaque matin au niveau de la grande avenue en quête de nourriture. Ces bêtes errantes sont un vrai danger pour des centaines d’élèves, pis encore, des parents vivent dans la terreur de voir leurs enfants, qui sortent pour jouer, se faire attaquer par ces chiens, la prolifération de ces bêtes à travers les différents quartiers constitue un véritable danger. ‘’Ce sont justement les ordures, dont les chiens se nourrissent et qui permettent à qu’ils se reproduisent et qui font que le problème persiste » nous déclare, A.Talamine, membre de la société civile au niveau de cette commune, « les riverains vivent la peur au ventre de sortir la nuit ou tôt le matin », alors que certains assurent qu’ils  »passent des nuits blanches à cause de l’aboiement incessant de ces chiens », constituant, également une menace pour les fidèles qui sortent pour accomplir leur prière de l’aube. La problématique de la prise en charge des chiens errants à Hassi Bounif et dans toutes les communes de la wilaya a longtemps fait débat sans qu’on ne puisse prendre de réelles mesures.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Lutte contre toute forme de gaspillage. La préservation de l’eau, l’affaire de tout le monde

L’eau étant considérée comme un ...

Environnement. A quand la fin des sachets en plastique?

Toutes les engagements et promesses ...

Environnement. La prolifération des insectes inquiète les Oranais

L’environnement et la santé dans ...

Quartier de Boulanger. «Plusieurs cas d’intoxication»

Plus d’une dizaine de personnes ...

Habitat. Des immeubles menaçant ruine squattés

Certains bénéficiaires de logement sociaux ...