Accueil » ORAN » Hanté par ses échecs concomitants. Le FLN veut aller au Congrès «en rangs serrés»

Hanté par ses échecs concomitants. Le FLN veut aller au Congrès «en rangs serrés»

Le «Vieux» parti veut effacer ses échecs successifs à Oran. Il tente de rebondir cette fois dans la perspective de son prochain Congrès. Seulement voilà, ce qui s’apparentait dans les coulisses du parti à Oran comme un prélude d’une dissidence «déguisée» en redresseurs, observée, à la suite de ses échecs simultanés respectivement aux législatives du 27 juin 2021 (03 sièges à l’APN contre 12 en 2017, les élections locales du 27 novembre 2021 où il préside 05 communes sur les 26 en plus de 02 communes indépendantes) puis aux sénatoriales de décembre de la même année, semble paradoxalement avoir eu l’effet inverse. Cette dissidence a en effet réussi à ressouder les rangs du parti à Oran à la veille de son Congrès annoncé en principe pour le mois de mars 2022 mais sans pour autant afficher une volonté réelle de changement. Les dissidents en rangs dispersés et dont la majorité sont les candidats aux dossiers de candidature rejetés lors des dernières joutes et mouhafeds évincés à la suite de la fusion des trois Mouhafada en une seule, tentent ces jours-ci de s’organiser en redresseurs du parti à Oran. L’instruction n:07 à travers ses articles entre autres 55, 56 et 76 envoyée récemment «en urgence» par le secrétaire général du parti, Aboufadl Baadji, à ses militants à la veille d’une joute aussi cruciale que le Congrès laquelle a été dispatchée, jeudi, aux secrétaires de kasmas locales, est différemment analysée par la base mais aussi les spécialistes des questions juridiques. Cette instruction qui compte une série de points, insiste entre autres sur le volet organique avec en sus la réconciliation, le changement, l’ouverture du parti aux adhérents et le renouvellement des cartes des militants dont le coup d’envoi est donné, selon ladite «Instruction», à partir du 1er mars 2022. Parmi les points clés sur lesquels met l’accent l’instruction de Baadji, celui relatif à la composante réglementaire de la structure de base, à savoir la kasma. Dorénavant, une kasma qui n’a pas un seuil minimal autorisé de 100 militants, sera interdite d’aller au Congrès» a-t-on fait savoir. Selon un avocat, la direction du parti risque à travers cette instruction de se retrouver dans un «labyrinthe». Il s’agit de certaines kasmas qui ont moins de 100 militants et adhérents (ndr par exemple 50 militants). Le délai ouvert à compter du 1er mars pour le renforcement des rangs des kasmas qui ont moins de 100 militants, s’expire dans 03 mois et donc par calcul au 1er juin 2022 sachant pertinemment que le Congrès est fixé pour mars, soit un peu moins de 03 mois avant la fin de l’opération. «Comment se fait-il qu’une kasma puisse achever l’élargissement de sa base d’ici le 1er juin alors que le Congrès est en mars», s’est interrogé un spécialiste du parti à Oran. «Ce qui nous pousse à faire une lecture selon laquelle la date du Congrès du parti initialement fixée pour mars 2022, a été repoussée», fait-il observer. Il y a lieu de signaler que parmi les «grands absents» de la réunion de jeudi, de l’actuel mouhafed d’Oran, Cherraka Benaissa, avec les kasmas, on note celle du secrétaire de la kasma 2, Motrani Tahar, le mouhafed écarté, candidat malheureux lors des dernières élections locales, qui a envoyé son intérimaire pour recevoir les «nouveaux cachets» de 2022 des kasmas ainsi que la copie de l’«Instruction n :07» émanant de la direction du parti. Les «perdants» lors des dernières joutes qui veulent actuellement dégager l’impression qu’ils sont en «rangs serrés» à la veille d’un Congrès qui s’annonce palpitant et décisif, auront fort à faire avec la détermination de la direction locale à souder les rangs et réunifier les positions et mettre un terme aux divergences.
Pour rappel, sur fond de clivages et de certains signes de l’émergence d’un redressement que la direction locale du parti a installé il ya deux semaines, les «nouveaux» membres de la Commission provisoire de la gestion des affaires de la Mouhafada d’Oran, dirigée par l’actuel mouhafed réputé pour sa franchise et son esprit réconciliateur et qui a la charge de préparer le prochain Congrès et de laquelle, les spécialistes des choses politiques, relèvent «le retour des «mêmes noms» sans pour autant procéder au renouvellement ou l’injection de sang neuf» .

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Projet de réalisation d’une zone franche et d’une route Tindouf-Zouerate. Algérie-Mauritanie: Nouvelle étape historique

L’Algérie tient à renforcer sa ...

Etude de réhabilitation du Marché de la Bastille. Un projet estimé à plus de 60 milliards de centimes

Le marché populaire des fruits, ...

Ras Al Ain. «800 autres familles seront relogées, ce qui porte le total à 2.100»

Après le report décidé en ...

Le wali d’Oran lors de Journée nationale du Chahid : «Les martyrs de la Révolution une «référence» pour la résistance palestinienne»

Les réactions en cascade des ...

Cessez-le-feu immédiat à Gaza. Le travail colossal de l’Algérie à l’ONU

Près de 30.000 personnes sont ...