Accueil » ORAN » Hai Sanaoubar (Ex Les planteurs). De beaux jours devant les constructions illicites

Hai Sanaoubar (Ex Les planteurs). De beaux jours devant les constructions illicites

Profitant des multiples opérations de relogement qui ont ciblé Hai Sanaoubar (Ex les planteurs), des dizaines de constructions illicites sont érigées chaque jour, plusieurs parties des sites désaffectés, après les opérations de relogement, ont été réoccupées par de nouvelles familles qui s’y sont installées dans la perspective de bénéficier d’un logement. Aucun acteur social n’est interpellé ou même dérangé par les services compétents, cela ne peut forcément qu’engendrer une urbanisation sauvage et anarchique. Des situations d’accaparement de terrains publics, d’espaces verts, de sites forestiers…) sont enregistrés quotidiennement dont les auteurs sont de simples citoyens, des spéculateurs et même certains responsables par leur silence. Des dizaines de constructions ont été érigées sans aucun document officiel et parler dans ces conditions de respect de la réglementation en vigueur n’est que chimère. Véritable problème d’environnement et d’atteinte et d’agression du foncier domanial, les constructions illicites poussent comme des champignons, les divers rapports adressés au wali sur ce phénomène ne correspondent pas à la réalité du terrain. Ils sont là ! ils ne ratent rien pour occuper et squatter des terrains appartenant au domaine national. Ils ne reculent devant rien. À Oran et même partout ailleurs, ce phénomène prend de plus en plus de l’ampleur, la période 2017/ 2022 a été la période où la ville d’Oran a enregistré le plus grand nombre de constructions sauvages, ni le P/APC de l’époque ni aucun élu ou responsable n’ont bougé le petit doigt pour éradiquer et mettre fin à ce problème qui a terni l’image de la ville et de toute la wilaya, la méthode par laquelle les pilleurs de foncier prennent possession des terrains se fait par  »des méthodes » qui ne peuvent être possible sans des complicités à tous les niveaux et des protections. Les gens, en faisant fi de l’environnement, viennent poser leurs baraques ou procèdent à la construction de taudis sur des sites appartenant aux services de l’État, bafouant ainsi nombre de lois de la législation en vigueur. Plusieurs cas de construction sans permis, notamment sur le littoral Oranais, ont fait l’objet de démolition en plus de poursuite judiciaire par les services concernés, mais cela n’a pas empêché de réduire ce phénomène qui a défiguré l’aspect esthétique et architectural de l’urbanisme à Oran.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Centre hospitalier universitaire d’Oran (CHU). Casse-tête chinois pour le stationnement

Aller à l’hôpital n’est généralement ...

Cimetières. Ampleur des profanations et rites de sorcellerie

La plupart des cimetières de ...

Etablissement hospitalier universitaire d’Oran (EHU). Une passerelle ou des ralentisseurs pour éviter le pire

La sécurité routière est le ...

Subsahariens et mendicité. Un fléau qui perdure

La mendicité a de tout ...

Face à la propagation de la drogue et des psychotropes. La société civile doit s’impliquer davantage

Oran, comme toutes les autres villes ...