Accueil » CHRONIQUE » Haddad renie tout en bloc : Il persiste et signe

Haddad renie tout en bloc : Il persiste et signe

Haddad, Ouyahia, Sellal and Co, savaient –ils que le peuple algérien était au courant de leurs activités illicites, même avant leur arrestation et leur traduction devant la justice. Apres que des enquêtes diligentées ayant mis en évidence, preuves à l’appui, que les membres de cette bande s’adonnaient aux plus vilaines des activités qui bravaient les lois du pays, tout en profitant d’une situation politique précaire, très favorable à la pratique de la rapine systématique. Ces activités illicites se pratiquaient en connivence des soi-disant « hommes  d’Etats ». Une des raisons ayant déclenché le Hirak c’était, justement, l’odeur nauséabonde qui s’émanait de ces activités illégales. N’essayez pas surtout, Mr Haddad de jouer à la victime de l’injustice …parce que toi et tes compères vous incarnez l’injustice et tout ce qui représente le mal dans ce pays. Vous n’êtes pas certes, les seuls brigands de ce pays, mais en revanche, vous en êtes les plus redoutables. Déjà, il y a une grande proportion de la population algérienne, qui estime que le châtiment qui vous été infligé par la justice, est trop insuffisant par rapport à la gravité de vos crimes commis contre l’économie nationale. Le peuple algérien ou du moins la frange cultivée savait bien distinguer, entre un investisseur authentique et une fripouille qui se fit injustement, passer pour un investisseur. Ainsi, même les hauts –responsables qui facilitaient la tache à la famille Haddad, en usant de leurs influences, étaient des responsables illicites imposés d’une façon – disons, contre naturelle- dictée par des calculs politiques, par un pouvoir qui cherchait à s’éterniser à la tête du pays, quitte à mettre le pays dans l’œil du cyclone. Ces kouninef, ces Haddad et bien d’autres, étaient devenus , par le truchement de leurs empires financiers, la machine à sous pour le pouvoir, en s’en servant à se maintenir , le plus longtemps possible, au pouvoir. C’était l’aile financière de l’organisation, par rapport à l’aile politique de Ould abbés, Sidi Saïd et Bedoui… entres autres…. Donc, Haddad constituait une partie, je ne dirais pas, infime d’un système politico-financier compliqué ayant mis tout le pays, ses potentialités économiques, son peuple, son avenir dans la p’tite poche d’un rancunier mégalomane, mort aux trois quarts. Le peuple algérien était au rendez-vous : Et, quand le peuple algérien décide le destin doit impérativement en répondre favorablement. Et, le grand Hirak a eu lieu, sans peine et sans effusion de sang. C’était la grande victoire. Et, le système politico financier a été mis hors d’état de nuire.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le réseau hôtelier national Est-il à la hauteur?

Quand nous abordons la situation ...

Société civile: quel rôle?

Lorsque l’on aborde la pertinente ...

De l’économie de proximité

La faute principale dans la ...

L’automobile, un monde très particulier

L’automobile, ce n’est pas un ...

La surcharge des classes, ça n’en finit guère !

Visiblement, il y des écoles, ...