Accueil » CHRONIQUE » Guerre en Ukraine: Et l’Occident hypocrite

Guerre en Ukraine: Et l’Occident hypocrite

Le président Poutine est mieux placé pour connaitre dans le fond et dans la forme, l’hypocrisie de ses pairs occidentaux … Et d’ailleurs, c’est la raison pour laquelle, il a réagi ainsi face à une situation qu’il croyait source de danger pour la sécurité stratégique de son pays …Nous ne sommes pas là, afin de dire, qui a tort et qui a raison dans ce conflit, ayant tombé à pic , pour faire tomber des masques et mettre à nu des vérités longtemps cachées au commun des mortels. Le Français d’ailleurs, comme l’Allemand et l’Italien est avant tout un Français et ensuite – et si Dieu le veut – un Européen… L’Occident avait, suite à un long moment de réflexion, après l’invasion de l’Ukraine, réalisé que le recours à la force n’est, nullement envisageable dans pareille situation, mais le recours aux sanctions économiques sera la meilleure façon de dissuader le nouveau Tsar du Kremlin à stopper son appétit expansionniste. Tous les analystes que nous avons suivis sur les réseaux sociaux sont unanimes sur le fait que les sanctions décrétées par les puissances occidentales n’auront qu’un infinitésimal effet négatif sur l’économie russe. Nous constatons déjà que même le gouvernement ukrainien avait cité implicitement ou parfois explicitement la trahison qu’il aurait subie de la part de ses homologues de l’OTAN. Que feraient des sanctions économiques face à une agression monstrueuse qui commet quotidiennement, des destructions et des morts parmi les populations. Ce que la plupart des analystes redoutent, ce sont les plans, non encore démasqués, de la Russie. Poutine va-t-il se contenter d’avaler l’Ukraine ou bien irait-il plus loin dans ses conquêtes. Ce qui est sûr, pour l’Ukraine, c’est que l’on va chasser l’actuel gouvernement jugé « pro-Otan» et le remplacer par un gouvernement «fantoche» satellitaire, tournant dans l’orbite de Moscou à l’instar de la Tchétchénie et du Belarus. Comme ça, on est sûr que l’Otan ne va plus penser à s’installer dans l’environ immédiat de la Russie. Au cours de la crise survenue suite à la conquête de la Crimée en 2014 par Poutine, les plus aguerris des analystes savaient déjà, qu’une agression de l’Ukraine n’est qu’une question de temps. Et pour être plus explicite, Poutine voulait par cet acte tester la réaction des Occidentaux qui se sont contentés, rappelez-vous, d’un faire semblant de sanctions économiques qui n’ont même pas fait une égratignure aux Russes. L’avantage de la Russie dans sa guerre froide contre le monde occidental, c’est qu’elle est un pays à superficie continentale avec des richesses immenses, notamment le gaz naturel à l’aide de quoi, Poutine tient ses adversaires en otage…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

2027, serait-elle, l’année de l’émergence?

C’est une thèse qui n’est ...

Les vents des présidentiels

A cinq mois des élections ...

L’Etat des investissements en Algérie

Avant de penser à donner ...

Ghaza, la Nekba de plus

Nous sommes au 223ème jour, ...

Optimisme pour la nouvelle Algérie

Devrait-on rester optimiste quant à ...