Accueil » Point de Vue » Ghaza: Une trêve qui n’a servi à rien

Ghaza: Une trêve qui n’a servi à rien

«C’est une guerre sans trêve ni pitié que je déclare à ces assassins». Galliffet

La trêve a été ordonnée par les américains et les alliés occidentaux de l’Entité sioniste. C’était, en effet, une manœuvre politique en vue de régler le problème des détenus qui a tracassé le gouvernement sioniste, depuis le commencement du conflit armé. La trêve avait en plus permis au commandement de l’armée sioniste de revoir ses options, ses plans, et ses tactiques. Il faudrait reconnaître que la défaite militaire était en effet non seulement décisive mais également spectaculaire. Cependant, même la propagande sioniste, chevronnée en la matière, n’a pas pu cacher au grand public de la planète cette débâcle qui va s’éternise dans les manuels de l’Histoire. Ainsi, cette trêve aurait été conseillée par les « alliés » américains pour que le criminel Netanyahou et ses acolytes puissent enfin respirer. Le Coup de force de la résistance palestinienne était, faudrait-il le reconnaître, douloureux et insupportable pour un peuple de lâches qui n’était pas prêt au sacrifice…Il était plutôt habitué aux victoires éclaires «théâtrales», de 48, de 67 et de 73sur des régimes arabes faibles et sans la moindre «goutte» de souveraineté. Tout le monde savait que ses tigres en carton étaient imposés pour la circonstance aux peuples arabes par des puissances occidentales qui sont, par la même occasion, les créateurs, les défenseurs et les pourvoyeurs de l’entité sioniste, depuis qu’elle est encore en phase de conception. Les attitudes des régimes arabes engagés dans la normalisation avec l’entité sioniste ne sont pas le produit des choix politiques récents. Les normalisations sont anciennes, peut-être plus anciennes que la date de l’établissement de l’entité criminelle, seulement, jadis elles se pratiquaient sous la table et loin des yeux, voire loin du cœur. Qui ne se rappelle pas du gros titre du magazine «Afrique-Asie», paru au début des années 1980 «Hassan II sous-marin d’Israël», dans lequel l’on mettait à nu les complicités sournoises de l’ex- monarque du royaume chérifien avec ses amis juifs de l’entité sioniste…D’ailleurs, il n’a pas été autorisé à envahir le Sahara Occidental pour rien ! tout travail mérite salaire.. Retournons maintenant à «notre» trêve ! L’essentiel après cette trêve, c’est le projet de déportation des Palestiniens.. Trois endroits sont retenus pour la mise en exécution de cette opération antihumaine. Le désert du Naqab dans le sud de la Palestine, le Sinaï égyptien et un endroit également désertique en Jordanie. Le gros du travail en perspective sera d’empêcher cette opération de déportation massive, avec tous les moyens possibles.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...