Accueil » Point de Vue » Ghaza L’ampleur des dégâts

Ghaza L’ampleur des dégâts

Tous les crimes de l’histoire sont des conséquences de quelque fanatisme. Tous les massacres ont été accomplis par vertu, au nom de la religion vraie, du nationalisme légitime, de la politique idoine, de l’idéologie juste. François Jacob

L’ampleur des dégâts constatés à Ghaza traduit, avec la plus grande fidélité, l’ampleur d’une sauvagerie sioniste ayant dépassé l’entendement. Et c’est normal, d’ailleurs ! Quand l’on est de nature criminelle et imbu par un sentiment de vengeance innée contre la race humaine. Ce qui se passe à Ghaza, devient une conséquence logique d’une conviction religieuse apprise dès l’enfance, considérant l’ensemble de la race humaine – excepté eux- comme des animaux, sans foi et sans Dieu… Donc, massacrer le peuple de Ghaza va devenir un devoir religieux, une forme de pénitence afin d’expier ses péchés. Peu de gens sont au courant quant aux mobiles religieux non déclarés qui boostent ces criminels notoires à s’en prendre aux Palestiniens avec toute cette véhémence, sans égale. Certes, il y a des enjeux économiques complexes, notamment, les énormes gisements gaziers, très proches des côtes de Ghaza, qui font baver les bouches de toutes ces rapaces, adorant les dieux « gaz et pétrole ». Que ce soit en Amérique ou en Europe, l’on savait déjà, depuis belle lurette, que les compagnies pétrolières et gazières possédaient une puissance très influente et redoutable, au niveau des centres de décisions… C’est-à-dire chez les décideurs qui décident pour le reste de la planète. Le rôle de l’entité sioniste, en tant qu’Etat fonctionnaire, dans une région spécifiquement riche en pétrole et en gaz, c’était justement, de foutre la pagaille dans cette région, afin d’assurer l’acheminement quotidien et sans problèmes des millions de barils en hydrocarbures vers l’Amérique et l’Europe à des prix dérisoires. Voilà pourquoi les Occidentaux sont très attachés à l’entité sioniste, comme par un cordon ombilical …Justement, c’est à cause du rôle extrêmement stratégique dans la gestion politique de ces contrées, déchirées par des faux problèmes. Cependant quand l’on constate l’ampleur de ces dégâts humains et matériels subis par les populations de Ghaza, alors que le Conseil de sécurité de l’ONU et tout le reste des instances internationales n’arrivent pas toujours à trouver la bonne solution à ce conflit, c’est que cette entité apparemment de statut exceptionnel jouit d’un traitement hors-norme. Donc, toute cette foutaise s’appelant justice internationale, ainsi que la déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948, ne sont, en fin de compte, que des «trucs» pour leurrer ce massif monde de crédules…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...

Quand l’Etat travaille pour le citoyen

La souveraineté du peuple, c’est ...

Israël défie le monde avec sa logique meurtrière

Israël est une base américaine ...