Accueil » ORAN » Gestion des communes. Les nouveaux P/APC face aux nombreux défis

Gestion des communes. Les nouveaux P/APC face aux nombreux défis

Notre cadre de vie s’est détérioré depuis une dizaine d’années, pour ne pas dire plus. En effet, le paysage urbain, l’état de la voirie, la qualité de nos infrastructures, l’occupation de la voie publique, l’hygiène de nos communes, l’aspect de nos immeubles dans les quartiers résidentiels autant que dans les quartiers populaires, ont sombré dans le chaos. Des constats déplorables et majeurs sautent tellement aux yeux et qui sont d’une banalité désarmante. Quelques exemples flagrants: amoncellements de déchets domestiques dans nos quartiers et cités d’habitation au vu et au su des autorités municipales, sans réactions efficaces ni solution durable, constructions anarchiques, étalages informels, dos d’ânes sauvages, kiosques hideux infestant toutes les communes, espaces verts dévastés et jardins publics agonisant, chaussées chaotiques, trottoirs défoncés, mauvaises herbes envahissantes, manque de curage des avaloirs et manque d’élagages d’arbres dans certains quartiers. A cela s’ajoutent les gargotes, génératrices de déchets polluants, ouvrant souvent dans les quartiers résidentiels. Pourquoi et comment sommes-nous tombés si bas ? Outre la perte de l’autorité de l’Etat et donc la disparition du spectre de la sanction, il y avait aussi le manque de maintenance de la part des communes, en plus de la progression de la corruption qui a ouvert la voie à toutes les infractions à la réglementation en vigueur. Nous sommes encore très loin du compte car les efforts sont parcellaires et discontinus d’autant plus qu’il n’y a jamais eu un plan d’action cohérent et efficace à long terme avec des étapes à franchir et des moyens à mobiliser au niveau de la majorité des APC. Qui est responsable de cette dégradation de notre cadre de vie ? Nous sommes en fait tous responsables de ce laxisme collectif et ravageur, pour notre santé, notre joie de vivre et notre équilibre psychosomatique. Mais, il y a ceux qui sont au premier rang, ceux dont c’est le métier ou la raison d’être qui sont payés pour cela, qui ont été élus ou nommés pour assumer ce rôle et de veiller sur la qualité de vie des citoyens. Les Oranais attendent  »qui sait où il va », dont la vision de l’aménagement est tournée vers la valorisation du cadre de vie et le bien-être et la qualité de vie. En somme, un maire idéal doit être perçu comme un guide de l’action communale qui gère correctement sa commune et protège ses habitants.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont ...

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...