Accueil » ORAN » Gestion des communes à la loupe lors de la rencontre wali-élus. Un élu crée la surprise en annonçant sa démission

Gestion des communes à la loupe lors de la rencontre wali-élus. Un élu crée la surprise en annonçant sa démission

Selon des informations concordantes, la gestion des affaires des citoyens des communes a été au centre d’un débat intense lors de la rencontre wali-élus mercredi dernier. Une rencontre qui a permis de lever le voile sur pas mal de lacunes et blocages en matière de gestion communale et de prise en charge des préoccupations des citoyens par les élus mais aussi en matière de projets divers relevant des compétences des communes. Fait marquant, les élus de certaines communes présentes ont eu à cette occasion à étaler les différents actions engagées sur le terrain, non sans faire part de certains blocages entravant le développement local. Répondant aux questions posées, les élus ont chacun tenter de défendre leur bilans et actions. Le wali qui ne s’est pas montré tendre à l’égard de certains d’entre eux pour des raisons évidentes de gestion de certains aspects relevant de leurs attributions comme la préservation de l’environnement et de l’hygiène publique, les améliorations urbaines, l’éclairage ou l’assainissement avait, rappelons-le, déjà mis en garde lors des réunions précédentes contre les «défaillances» de certains élus en matière de gestion. Les élus, de leur côté, ont tenté de défendre bec et ongles leurs secteurs et d’apporter les explications nécessaires aux question orales. Parmi les interventions des élus, il y a celle d’un élu de la commune d’Ain El Kerma qui semble provoquer la surprise. Lors de cette rencontre, l’élu qui n’est autre qu’un ex P/APC, a crée une «brèche» au sujet de sa commune et des perspectives offertes en matière de développement. Il a indiqué que cette commune était le fleuron de la côte ouest et avait reçu plusieurs distinctions et prix en matière d’embellissement et de propreté de l’environnement. Malheureusement, a-t-il enchaîné, ce ne serait plus le cas aujourd’hui et il y aurait sans nul doute matière à réflexion sur le véritable rôle qui incombe à un élu local. Enumérant les entraves et remontant un passé pas très lointain, Sardi Slimane a rappelé que sa commune avait enregistré en 2013, soit une année après avoir rendu son écharpe de maire, «un excédent budgétaire de 14 milliards». Un budget, dira t-il, qui devait être destiné à la gestion des catastrophes ou risques pour preuve que la période 2010-2013 était connue par des inondations dans plusieurs wilayas de l’Ouest notamment à Chlef et Oran (Sidi chahmi et Braya). Il a expliqué qu’il n’arrivait pas à faire face aux difficultés que sa commune endure, ce à quoi il a fait part de son intention de démissionner.

À propos B.Kamel

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Politique de meurtre, arrestation arbitraire, torture, déplacement forcé et génocide. Les enfants palestiniens, premières victimes de l’horreur

Désormais chaque enfant palestinien où ...

7ème Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). A la recherche d’une vision commune

Quel avenir pour le gaz ...

Unité de production de MTBE d’Arzew. Projet stratégique d’autosuffisance

L’essence au plomb c’est bien ...

L’Algérie veut renforcer sa sécurité numérique. Cybersécurité : le rempart

Quelle stratégie à adopter pour ...

7.000 enfants ont perdu leurs familles et 1,2 million de personnes souffrent de traumatismes psychologiques. Le monde a abandonné Ghaza

L’étau se resserre de plus ...