Accueil » ACTUALITE » Gestion confiée à une société 100% algérienne. La France perd le métro d’Alger

Gestion confiée à une société 100% algérienne. La France perd le métro d’Alger

Par M. Amine

A partir du 1er Novembre, le métro d’Alger ne sera plus géré par la filiale algérienne du groupe français RATP dont le contrat d’exploitation prend fin le 31 octobre, a annoncé le ministre algérien des Transports, Hani Lazhar. Il s’exprimait, devant la presse, à l’occasion d’une visite d’inspection des travaux d’extension du métro sur la ligne Est. «Le partenariat étranger entrepris dans le cadre de l’assistance technique dans l’exploitation du projet avait permis aux cadres et aux ingénieurs algériens d’acquérir l’expérience requise, tout au long de ces années», a tenu à préciser le ministre du Transport. La filiale de l’EMA qui prend le relais à partir du 1er Novembre, s’est engagée à préserver l’ensemble des emplois ainsi que les salaires des travailleurs, leurs droits et avantages sociaux. Le contrat d’exploitation et de maintenance du métro d’Alger a été remporté par la RATP en décembre 2007, pour un montant de 130 millions d’euros. Un coup dur pour la RATP Dev, en charge de l’exploitation du métro d’Alger, qui misait sur les nombreux prolongements de la ligne du métro d’Alger et les autres lignes de métro en projet, pour continuer à faire valoir son savoir-faire. Alors qu’elle espérait encore poursuivre son partenariat débuté en 2011 et pour un montant de 120 M€ avec les autorités algériennes, celles-ci lui ont fait savoir par la voix du ministre des Transports, Lazhar Hani, que le contrat d’exploitation et de gestion ne serait pas renouvelé. Quant à la reprise de l’activité du transport par le métro d’Alger, le ministre a fait savoir qu’elle (la reprise) dépendait entièrement de la situation sanitaire du pays et de la décision du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Covid-19. Avec la crise économique, beaucoup de doutes entourent l’état d’avancement du projet de l’extension du métro d’Alger. Les responsables du projet ont affirmé que les travaux avancent bien en dépit de la situation sanitaire que traverse le pays. Ils ont précisé que l’utilisation du tunnelier, acquis par l’entreprise publique Cosider en octobre 2019, a permis d’avancer dans le forage des tunnels et d’accélérer les travaux d’extension de cette ligne afin de livrer le projet dans les délais prévus. «Le tunnelier de 104 mètres de longueur et 10 mètres de diamètre, qui est doté des dernières technologies de forage et de pompage de béton armé, permettra d’excaver entre 16 et 24 mètres/jour», a-t-on indiqué.
Soulignant l’aspect socioéconomique du projet, les responsables ont affirmé que l’extension de la ligne du métro d’Alger reliant El Harrach centre à l’Aéroport international «Houari Boumediene», sur une distance de 9,5 kilomètres, dessert les quartiers denses en population tels que Beaulieu, Oued Smar, Bab Ezzouar, le pôle universitaire d’El Harrach, le quartier des affaires de Bab Ezzouar et l’USTHB.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Face aux manifestations. Pékin assure que son «combat contre le Covid-19 sera une réussite»

Au lendemain de manifestations rares, ...

Covid-19 en Chine. Protestations contre la politique «zéro cas»

La colère monte en Chine, ...

Migrations. Les 27 décident d’un plan d’urgence

Ne «pas reproduire »la crise franco-italienne ...

Royaume-Uni. La grève des infirmières symptomatique d’un système de santé à genoux

Des délais d’attente de traitements ...

COVID-19 en Chine. Confinement autour d’iPhone city

Le confinement survient après de ...