Accueil » CHRONIQUE » Gaz algérien, l’autre «atout»

Gaz algérien, l’autre «atout»

Tebboune a chargé, lors d’une réunion du Conseil des ministres, d’augmenter le niveau de production de gaz, notamment en vue d’accroître les exportations. «Le président Tebboune a enjoint le ministre de l’Energie et des Mines d’œuvrer à hisser le niveau de production de gaz, en vue de préserver la moyenne nationale de consommation, d’une part, et de renforcer l’exportation, d’autre part, en exécution des engagements pris par l’Algérie vis-à-vis de ses partenaires étrangers», a écrit l’agence APS. Selon lui, l’Algérie est un partenaire énergétique très fiable pour l’Europe. L’Algérie figure parmi les principaux exportateurs de gaz vers les pays européens. Le 13 décembre, le président algérien a réitéré la volonté de l’Algérie de doubler sa production de gaz destiné exclusivement à l’exportation. Il a estimé la production de gaz du pays à quelque 102 milliards de m3 et a exprimé l’espoir que les exportations de gaz pourraient atteindre 100 milliards de m3 l’année prochaine. Le gaz est un produit «très recherché» par l’Europe en ce moment de guerre en Ukraine ayant engendré une grave crise énergétique. L’Europe veut réduire sa dépendance en gaz par rapport au fournisseur russe. C’est ainsi que l’Europe se retourne vers ses anciens clients comme l’Algérie. L’Algérie veut aussi en profiter pour faire des affaires et relancer son économie d’autant que tous les prix des produits ont augmenté sur le marché international. Alger veut aussi faire des compensations en vendant plus de gaz. Sur le marché à terme néerlandais, référence pour le continent, le TTF pour livraison en janvier a clôturé vendredi à 82 euros du mégawattheure, un plancher qui n’avait plus été atteint depuis le 22 février, soit avant l’invasion de l’Ukraine. En août, le prix d’un Mwh pour janvier a dépassé les 345 euros. Le prix devrait bientôt augmenter une fois les stocks épuisés. L’Europe a su diversifier ses sources d’approvisionnement en se tournant vers des fournisseurs de gaz liquéfié, comme les Etats-Unis, l’Azerbaïdjan… et le Qatar: les livraisons de GNL qatari à Zeebruge ont quasiment doublé en un an. Le vice-Premier ministre russe Alexandre Novak a déclaré, lundi, que la Russie était prête à reprendre l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel via le gazoduc Yamal-Europe, pour faire face à la pénurie d’approvisionnement énergétique du continent. L’agence de presse russe Tass a rapporté, citant Novak, que le marché de l’Union européenne est toujours ouvert au gaz naturel russe. « Jusqu’à présent, ce marché n’est pas fermé (en référence au marché européen), nous avons pu augmenter considérablement les approvisionnements en GNL vers l’Europe cette année », a déclaré Novak, comme relayé par «Agence Andalou». Et d’ajouter, «il y a toujours une pénurie de gaz en Europe, la Russie est donc prête à reprendre l’approvisionnement via le gazoduc Yamal-Europe. La Russie mène également des négociations sur l’augmentation de l’approvisionnement via la Turquie après avoir établi un centre gazier dans ce pays».

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...

FAO, tout s’envole !

Les prix des produits alimentaires ...

Le baril atteindra les 100 dollars!

Mercredi, le prix du baril ...