Accueil » ORAN » Fruits et légumes. Flambée des prix et des interrogations

Fruits et légumes. Flambée des prix et des interrogations

Cela fait maintenant quelques semaines que les consommateurs achètent leurs provisions  »fruits et légumes » à un prix exorbitant, aucun produit n’est épargné. Ces produits enregistrent par moment des hausses considérables et non justifiées. Déséquilibre de l’offre et de la demande? Une petite virée aux marchés des mimosas et Boulanger permet de faire le point. La pomme de terre est cédée à pas moins de 80 dinars le kilo et tomate de la barre des 75 voire 80 DA. La courgette entre 130 et 150 DA, l’aubergine se situe entre 75 et 80 DA, le citron à 150 DA. Les fruits n’ont pas été épargnés par cette flambée, puisque le prix de la banane varie entre 400 et 450 DA, l »orange à 240 DA. Pour certains commerçants véreux, l’absence de contrôle est une opportunité pour faire flamber les prix de certains produits de large consommation, lors d’une virée effectuée au niveau de ces marchés, l’affichage des prix est quasiment absent, un grand écart entre les prix de référence et les prix pratiqués a été constaté. Ces derniers frôlant des fois le double. Décidément rien ne semble arrêter les spéculateurs. Pour preuve, les prix de ces produits ne cessent de prendre des ailes. Et peu importe les arguments avancés, rien ne peut justifier, faut-il encore le rappeler, cette flambée incompréhensible des prix des produits précités. Cependant, au regard de l’anarchie qui règne dans nos marchés, il ne faut surtout pas trop s’étonner de cette ascension fulgurante des prix, qui ne sont pas d’ailleurs affichés, ou rarement, par les commerçants. La réglementation en vigueur est claire sur ce plan: l’affichage des prix est obligatoire. Une règle commerciale, appliquée à travers le monde, que nos commerçants semblent négliger, mais où réside réellement le problème ? Certainement la spéculation en est pour quelque chose. Mais cela n’explique guère les vraies causes qui sont derrière cette flambée. En ces temps difficiles, tous les moyens sont bons. Que la pomme de terre, un produit duquel dépendent toutes les ménagères, soit vendu à 80 DA importe peu à leurs yeux. Malheureusement ce sont les petites et les moyennes bourses qui continuent de subir les effets de cette anarchie.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Journée nationale du chahid. Les sœurs Benslimane ressuscitées

Proclamée officiellement le 18 février ...

Hassi Bounif. Triste constat

Hassi Bounif s’est malheureusement métamorphosé ...

Gardiens de voiture. «Il est grand temps de mettre fin à l’anarchie»

Il semble que le phénomène ...

Dégradation, acte de vandalisme et insalubrité. Problématique de la gestion des cimetières

Triste sort pour nos morts ...

Environnement. «Insalubrité: lourdes conséquences sur l’activité et la vie humaine»

Le médecin généraliste, M.Serrour, évoque ...