Accueil » RÉGIONS » Fournitures scolaires à El Tarf. Des prix qui donnent la syncope

Fournitures scolaires à El Tarf. Des prix qui donnent la syncope

Les fournitures scolaires ne sont plus à la portée de toutes les classes. Les citoyens faisant partie de la classe moyenne ont été purement broyés pour être renvoyés à la classe des «démunis», nous indique Charef, un retraité ayant cotisé à la sécurité sociale quarante ans de sa jeunesse. Il nous révèle qu’avec la pension de retraite de mendiant, il n’arrive plus à rejoindre les deux bouts pour subvenir aux besoins de ses quatre mioches scolarisés. Au niveau des diverses librairies que compte la wilaya, les prix des fournitures scolaires sont de très loin à la portée des pères de familles. Certains par manque de ressources ont fait la manche chez des nantis de la famille pour pouvoir habiller et acheter les fournitures scolaires. Ces derniers sont multipliés par quatre, nous apprend une vieille femme rencontrée au niveau de la libraire qui vend le moins cher et qui fait crédit à ceux qui sont en panne de liquidité. Chez les marchands de tissus, c’est le même son de cloche: «les prix des tabliers brûlent les poches», souligne Ammi Messaoud. Par simple curiosité, nous nous sommes engouffrés dans un des magasins de la ville d’El Kala. Les prix donnent le tournis. Rencontré sur notre chemin, un jeune marié ayant deux enfants à scolariser nous apprend que le tablier lui a coûté 2000 dinars. Un tablier dont le tissu laisse à désirer. Une dame, la soixantaine, ayant ses petits-fils orphelins, attend la distribution de la prime scolaire pour pouvoir acheter le manquant des fournitures scolaires. A dire vrai, nous vivons une période où le pauvre n’a plus sa place dans la société et les trois quarts des algériens sont à classer dans cette catégorie. Un citoyen gardant l’anonymat nous signale que les augmentations ne touchent pas seulement les articles scolaires, tabliers etc… mais elle a touché tous les produits surtout alimentaires. Nous vivons l’époque où le poulet de chair égal presque la viande rouge (560 dinars) le kilogramme. Le foie du poulet est à 1600 dinars. Les prix affichés partout indique que nous allons passer de durs moments pour terminer la fin du mois. Les prix des fournitures scolaires donnent de nos jours la syncope. Que fera le père de famille ayant quatre mioches à nourrir, à scolariser avec les 28000 dinars qu’il touche en fin de mois. Etonnant tout de même, une voiture coûte la bagatelle somme de 7 cent millions de centimes dans un pays où le SMID pardon SMIC est de deux mille dinars. Qui pourra donc se permettre ce luxe?

À propos Tahar BOUDJEMAA

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Ain El Kerma (El Tarf). Réparation du chauffage central de l’école «Bouhawat Mohamed»

Se conformant aux instructions données ...

Réalisation d’une double voie ferrée reliant Annaba à Bled El Hadba. 20 familles relogées

Dans le cadre du projet ...

Coupe d’Afrique. Des écrans géants installés à El Tarf et El Kala

En exécution des instructions de ...

El Tarf. Soirée artistique à l’occasion du Nouvel An Amazigh

A l’occasion de la célébration ...

El Tarf. 470 comprimés hallucinogènes saisis à Drean

Deux trafiquants de drogue ont ...