Accueil » ACTUALITE » Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). Le 7ème Sommet d’Alger conforte les prix du gaz

Forum des pays exportateurs de gaz (GECF). Le 7ème Sommet d’Alger conforte les prix du gaz

C’est avec une nouvelle vision et des perspectives clémentes en faveur de la stabilisation des prix du gaz que les pays exportateurs abordent le 7ème Forum organisé à Alger depuis jeudi. Un nouveau challenge pour les exportateurs et l’Algérie de redoubler d’efforts afin de maintenir les prix stables sur le marché gazier international. Ce 7ème sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), qui se tient jusqu’ à samedi, a été pour le moins bénéfique sur le plan d’une entente affichée commune des pays exportateurs pour conforter les prix du gaz sur les marchés internationaux. Ces derniers ont en effet connu une hausse ces derniers jours, vu l’importance de cet évènement international réunissant les grands pays exportateurs de gaz dans le monde. Créé depuis 2001, le Sommet de pays exportateurs de gaz a l’ambition de tracer et redessiner la future politique gazière mondiale au sein de l’irréversible transition énergétique. Quelle stratégie pour l’Algérie ? Le pays veut en effet être un acteur et un fournisseur de gaz « essentiel ». Les responsables algériens à leur tête la société nationale d’hydrocarbures l’ont maintes fois réitéré lors des rencontres et colloques internationaux. Les prix du gaz ont enregistré une montée assez sensible jusqu’à 15 % sur le marché international d’où l’inquiétude des pays consommateurs. Lors de sa participation à la séance d’ouverture de la 7e session du Forum au niveau des experts, tenue jeudi matin à huis clos, l’analyste à la bourse de Stockholm, Noureddine Legheliel, a affirmé que les prix du gaz « ont connu une hausse de 18% sur le marché américain et de 15% sur le marché européen lundi dernier, une augmentation qui pourrait être considérée, selon les béabas de la bourse, comme l’une des répercussions du Sommet d’Alger, avant même sa tenue ». Il a, en outre, ajouté que les prix ont connu, lundi, un revirement après avoir atteint « une baisse notable » vendredi dernier, le prix du gaz aux Etats-Unis s’étant établi à 1,56 dollars par million d’unités thermiques britanniques (UTE), contre 22,61 Euros par mégawattheure en Europe. M. Legheliel, a affirmé que les prix du gaz poursuivaient leur tendance à la hausse, prévoyant qu’ils atteindront 2 dollars aux Etats-Unis et dépasseront 30 euros en Europe. Pourquoi cet état de fait ? L’expert note à ce propos, qu’il s’agissait d’une évolution positive pour les opérateurs du marché gazier en Europe et en Amérique suivant ce sommet avec un grand intérêt au moment où le professeur de Sciences politiques et des relations internationales, Mustapha Sayedj, souligne que les observateurs du marché du gaz « suivent de près les conclusions du Sommet d’Alger. Un sommet qui selon lui intervient dans des circonstances exceptionnelles sur le plan géopolitique ». Il note que le facteur géopolitique continuait de peser sur le marché du gaz, constituant l’un des « facteurs clés » susceptibles d’impacter les tendances futures de cette ressource énergétique mondiale. En ce qui concerne les consommateurs, le plus important pour eux demeure la garantie d’approvisionnements réguliers, en quête de fournisseurs fiables tels que l’Algérie. De son côté, l’expert économique, Larbi Ghouini, a indiqué que le sommet d’Alger était à même de préserver le marché mondial énergétique en parvenant à un consensus entre les pays producteurs. L’intervenant a souligné que la demande mondiale sur le gaz connaissait une « augmentation significative », ce qui confère au Sommet d’Alger davantage d’importance, ajoutant que « les experts et les décideurs examineront la réalité du marché en construisant une vision future qui garantit les intérêts des pays producteurs ».

À propos S.Salem

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*