Accueil » ORAN » Folie des prix, pouvoir d’achat et ramadhan 2022. Les consommateurs demandent aux élus locaux de s’y impliquer

Folie des prix, pouvoir d’achat et ramadhan 2022. Les consommateurs demandent aux élus locaux de s’y impliquer

La première Session de la nouvelle assemblée populaire de la wilaya d’Oran (APW ), issue des élections locales du 27 novembre 202, est prévue courant 2ème ou 3ème semaine du mois de mars, selon les informations de la cellule de communication de l’APW. Une session qui a la chance d’intervenir dans une certaine «accalmie» pandémique. La situation sanitaire actuelle devrait, selon les spécialistes, permettre de poser les véritables problèmes des citoyens et les grands projets de la wilaya du moins à court et moyen termes.
A l’ordre du jour de cette session, plusieurs points sont inscrits dont le dossier de la santé, les mesures sanitaires y compris celui de l’aménagement du territoire ainsi que d’autres dossiers d’intérêt stratégique qui se préciseront au fur et à mesure qu’approche l’échéance de cette session» nous a-t-on expliqué. Il n’est pas inutile de rappeler que parmi les préoccupations majeures des oranais qui remontent à la surface, figure indéniablement celle relative à la cherté de la vie et les prix excessifs «anormaux» des produits de large consommation, tels qu’ils sont ces jours-ci pratiqués sur le marché à moins d’un mois du mois de ramadhan, période de surconsommation par excellence et de recours par des commerçants sans vergogne à certaines pratiques commerciales illicites et inévitables telle les hausses des prix. «Ces prix ont mis à nu les portefeuilles des consommateurs à cause de l’absence remarquée par les citoyens du contrôle», lâche exaspéré ce dimanche 27 février un retraité au marché de la rue des Aurès, au vu de la «folie» qui s’est emparée des prix de certains produits agricoles tels la pomme de terre (130da) et les haricots verts (500 da) et ceux des fruits telles les bananes (430 da). Cette situation dans laquelle semble stagner le pouvoir d’achat non sans faire tourmenter beaucoup plus le citoyen lambda, n’est pas sans éveiller chez celui-ci un certain «ressentiment» voire des appréhensions par rapport à ce qui en adviendra des prix de produits stratégiques durant le prochain mois sacré malgré toutes les assurances des pouvoirs publics de tutelle. Ce qui nous pousse forcément à nous interroger si le pouvoir d’achat ne risque pas de s’engouffrer une bonne fois pour toutes dans le fossé avant et durant le ramadhan?
Les clameurs à mots couverts et les interrogations légitimes soulevées ces derniers jours par des oranais au faible revenu sur la sempiternelle question inhérente aux prix des produits de consommation, sont en train graduellement de dépasser la préoccupation auparavant essentielle relative au logement. Il y a aussi le lait dont la «crise» précédente aura laissé des séquelles sur le comportement du citoyen malgré le renforcement de sa production par les usines locales comme si les vieux réflexes avaient la peau dure. « Alors qu’il est disponible sur le marché, les citoyens qui observent les chaînes devant les magasins alimentaires spécialisés en la matière, continuent de s’en approvisionner paradoxalement par grosses quantités, soit généralement entre quatre à six sachets chacun alors que les vendeurs auraient pu imposer au maximum pas plus de deux sachets chacun », fait observer un paisible acheteur qui a fait la queue pour un seul sachet de lait au marché de la bastille. Les algériens et les oranais en particulier risquent de passer un sale quart d’heure la veille du prochain ramadhan suite à certaines prévisions macro-économiques avancées par des experts et des agriculteurs au vu de l’évolution de l’indice de consommation au titre du trimestre 2022. Le ministère du commerce avait, rappelons-le, de son côté rassuré récemment à travers ses annonces sur «la disponibilité de tous les produits de large consommation à des prix accessibles durant le mois sacré». Les élus locaux ont une responsabilité lourde d’appeler au renforcement des contrôles sur le marché en prévision du mois sacré. Ils ont également le pouvoir de soulever et défendre cette préoccupation liée à la mercuriale pour l’intérêt du consommateur dont le portemonnaie s’est effrité en 2021 soit au plus fort de la «crise» sanitaire.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le Président de la République s’exprime sur les souffrances des ghazaouis. «Une tache dans l’histoire de l’humanité»

Des bombardements et des morts ...

Mers Al Hadjadj. Près de 200 embarcations de fortune évacuées mercredi du petit port

Dans le cadre de la ...

L’armée sioniste a détruit intentionnellement toutes les infrastructures de base. Plus de 20 ans pour reconstruire Ghaza

Comment reconstruire la bande de ...

Une position africaine commune pour la réforme du Conseil de sécurité. Corriger une injustice historique

L’Afrique dit son dernier mot. ...

Sacrifice de l’Aïd El Adha. Simple formalité pour les riches, Vraie saignée pour les pauvres

Il faut toucher combien pour ...