Accueil » CHRONIQUE » Fin de la pénurie des médicaments…

Fin de la pénurie des médicaments…

Le ministre de l’industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a indiqué, jeudi à Alger, que toutes les mesures nécessaires ont été prises pour résoudre le problème de certains médicaments importés qui connaissent des perturbations sur le marché à cause d’importateurs ayant failli à leurs engagements. «Nous avons 6 classes thérapeutiques sous tension. Pour les 10 classes en rupture ou qui connaissent des perturbations, toutes les mesures nécessaires ont été prises. La situation devrait rentrer dans l’ordre dans environ une semaine», a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse animée en marge de sa visite à la 17ème édition du Salon international de la pharmacie en Algérie «SIPHAL 2023», ouvert mercredi au Palais des expositions, propos relayés par l’APS. Aoun a souligné qu’il s’agissait «de produits qui ont été commandés par des importateurs ayant failli à leurs engagements». Chaque partenaire ayant bénéficié de programmes d’importation devra prendre ses responsabilités et respecter les délais qui lui sont impartis», a insisté Aoun, rappelant que « tout retard dans la production, la distribution ou la commercialisation des médicaments impactera au final le malade algérien qui a droit au respect total», selon l’APS. Ali Aoun annonce un projet ambitieux où, le ministre a fait savoir que le marché national «ne peut être satisfait que par une production locale conforme aux normes et pratiques internationales», citant en exemple la production locale d’insuline qui ambitionne de couvrir «une grande partie des besoins du marché local en 2024». La semaine dernière, Le Pr El Hadia Mansouri, directrice adjointe à la direction générale de la pharmacie et des équipements de santé, a confirmé que la disponibilité des médicaments en Algérie a atteint 85%, affirmant que 2023 sera l’année de la numérisation de la santé, rapporte la Radio nationale chaîne I. Le secteur œuvre à atteindre ce taux de couverture du marché national, qui dépasse actuellement le taux de 50%, grâce aux soutiens accordés aux opérateurs nationaux et l’entrée en production de nouvelles unités de production, a soutenu le ministre dans un point de presse en marge des travaux des 9e rencontres internationales de pharmacie d’Alger tenues en janvier. «La situation sur le front des médicaments se dégrade encore en Suisse. Il y a désormais 125 produits sur la liste des médicaments indisponibles ou disponibles seulement en quantité limitée, quatre de plus qu’en début de semaine. Certains sont bien connus du grand public comme l’Aspégic, l’antibiotique Amoxicilline ou encore les stylos d’adrénaline auto-injectables Epipen», rapporte «Le Temps». Alors que la France subit depuis des semaines une pénurie de médicaments, notamment l’antibiotique amoxicilline, le ministre de la Santé François Braun a promis vendredi 3 février 2023 le «retour à une situation normale dans les deux semaines». Espagne, 672 médicaments sont actuellement en rupture de stock dans les officines. Ils sont 773 en Suisse, 375 en Estonie, plus de 3 000 en Italie – qui inclut également les produits dont la commercialisation a été arrêtée durant la dernière décennie, rapporte «Le Monde» dans son édition du 24 janvier. Aujourd’hui, les différentes parties devront faire face aux pénuries des différents médicaments pour rassurer le citoyen. Rassurer aussi le citoyen quant à la qualité du «générique» et du produit qui se trouve dans nos pharmacies.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prix compétitif du blé en 2024

Selon Maxime Raturat, analyste chez ...

La France face à ses Harkis…

La Cour européenne des droits ...

Climatisation au gaz naturel, une solution !

Le Commissariat aux Énergies Renouvelables ...

FAO, tout s’envole !

Les prix des produits alimentaires ...

Le baril atteindra les 100 dollars!

Mercredi, le prix du baril ...