Accueil » RÉGIONS » Feux de forêt à Béjaia. L’opération d’indemnisation des agriculteurs et éleveurs lancée

Feux de forêt à Béjaia. L’opération d’indemnisation des agriculteurs et éleveurs lancée

L’opération d’indemnisation des victimes des feux de forêt a débuté, hier, et concerne l’ensemble des agriculteurs et des éleveurs touchés par la catastrophe. En effet, selon la cellule de communication de la wilaya, « le dédommagement des victimes se fera en nature sur la base des résultats des opérations de recensement », cette dernière ayant été confiée aux services des secteurs concernés.
Le nouveau wali de Béjaia s’est rendu, avant-hier, au niveau du village d’Ait Sidi Ali, dans la commune de Barbacha, où il a rencontré les familles des 04 victimes des incendies qui ont touché cette région sinistrée. Le premier responsable de la wilaya a constaté l’ampleur des dégâts occasionnés par les incendies et écouté les préoccupations des habitants du village Ait Sidi Ali, tout en leur promettant « d’améliorer leurs conditions de vie dans cette région au relief difficile et au climat rude ». Sur un autre chapitre, la Conservation des forêts de Béjaia, en collaboration avec l’entreprise Groupe Génie Rural (ERGR), s’apprête à lancer un programme spécial pour les repeuplements de chêne liège qui rentre dans le cadre du Plan National de Reboisement (PNR). Par ailleurs, « un programme de réhabilitation des forêts incendiées sera également lancé et ce, à partir d’un diagnostic effectué sur les sites touchés par les incendies », a-t-on appris de la Conservation des forêts de la wilaya de Béjaia. Les techniciens de la direction des services agricoles (DSA) continuent de sillonner les différentes régions touchées par les incendies pour évaluer les dégâts et prodiguer des conseils aux exploitants. Ainsi, les exploitants agricoles sinistrés ont été conseillés de prendre des mesures importantes pour assurer la reprise des arbres brûlés.
Selon les techniciens agricoles, il s’agit « surtout pas de ne pas couper les oliviers et les figuiers brûlés car le bois de l’intérieur de l’arbre ne semble pas avoir souffert comme on peut l’imaginer ». Cette opération de coupe des oliviers doit être différer « après les premières pluies d’automne, pour voir si les branches redémarrent (émission de nouvelles pousses) ou non », nous indique notre source. « Par la suite, il faudra tailler les branches atteintes qui sont définitivement sèches. Surveiller sur ces arbres et ces branches brûlés les dégâts possibles de Neiroun, Phloeotribus Scarabaeoides (Bernard 1788), Xylophage qui s’attaquent aux oliviers en faiblesse, qui forment un petit amas de sciure blanche au dessus du trou d’impact», expliquent encore ces techniciens aux exploitants en leurs précisant que « pour réduire leurs dégâts, il faut observer régulièrement le tronc et les charpentières de l’arbre, car le seul moyen de lutte est de couper les parties atteintes par le scolyte ». Pour lutter contre l’érosion du sol, les agriculteurs de montagne ont été conseillés à confectionner des banquettes antiérosives appelées communément « Ahemal/Ihamalen », « une technique qui consiste à creuser des fossés d’environ 20 à 30 cm de large et de profondeur en courbe de niveau sur terrain en pente.
En cas de fortes pluies, l’eau en excès peut s’écouler sans provoquer des dégâts au sol », fait observer un technicien de la DSA. Un type d’aménagement ancestral qui favorise l’infiltration de l’eau dans le sol afin d’accroître sa fertilité et limiter l’érosion sur terrain en pente. Sur un autre registre, les feux de forêt continuent de se répercuter négativement sur la récolte de liège, concentré dans le massif forestier, très boisé, de l’Akfadou, en occupant une superficie de 54.000 ha de forêt. Le liège de cette région est utilisé par des usines de transformation, que ce soit de Béjaia ou Jijel, pour la fabrication de bouchons, semelles, flotteurs. Compte tenu de la qualité du liège de cette région, les spécialistes de la construction l’utilisent aussi comme isolant que ce soit pour la construction de bâtiment, dans le cadre des constructions antisismiques, ou pour l’insonorisation des salles de spectacle et de théâtre. Le liège de l’Akfadou est devenu, au fil des années, très demandé par les transformateurs et autres utilisateurs, mais voila que la production est en baisse d’année en année pour beaucoup de raisons. La chute de production du liège à Akfadou est due, à en croire les agents forestiers en charge de ce dossier, aux incendies ravageurs que connaît cette région, en estimant la surface détruite par les flammes durant ces dernières années, à plus de 5.000 ha. Un véritable saccage, nous dit-on encore, puisque la production actuelle ne dépasse pas 3.000 M3, alors qu’elle dépassait les 10.000, constatent nos interlocuteurs. Les incendies de forêt ne sont pas les seules causes de la destruction du massif forestier de l’Akfadou, la main de l’homme aussi, du moment qu’on continue à couper des arbres illicitement.
Les spéculateurs qui n’épargnent maintenant aucun secteur, continuent de massacrer la forêt de l’Akfadou à coup de scie et hache, en toute impunité. Au niveau de la Conservation de forêt, on nous confirme justement ces coupes illicites qui ont nécessité le redéploiement des agents des forêts, mais la densité du massif arrange bien les affaires « de la mafia du bois ». Cette direction table maintenant sur le plan du repeuplement du liège dont le programme à lancer est plus que conséquent. Un programme de reboisement qui ne suffit pas à lui seul pour repeupler toute les surfaces saccagées par les feux et l’homme, s’il ne s’accompagne pas par un plan de vigilance quotidienne pour la sauvegarde du patrimoine forestier. En parallèle à l’aide de l’Etat, plusieurs Associations se sont d’ores et déjà lancées dans la collecte d’arbustes pour le lancement de campagne de reboisement dans les régions touchées par les derniers incendies ravageurs.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Assassinat du chanteur Matoub Lounès. 26 ans déjà

Il y a 26 ans ...

Béjaïa. C’est parti pour la saison estivale!

C’est parti pour la saison ...

Bejaïa. Plus 714 millions de DA d’investissement pour l’amélioration de la desserte énergétique

La Sonelgaz-Distribution de Béjaïa se ...

Il a été plébiscité par le congrès extraordinaire du Parti. Youcef Aouchiche candidat du FFS aux présidentielles

Le Front des Forces Socialistes ...

Frédéric Sudre, Directeur général de « Danone Djurdjura Algérie », à partir d’Akbou: «Nous œuvrons à la construction d’un modèle de croissance durable»

Présent lors de la cérémonie ...