Accueil » Point de Vue » Feuille de route pour une nouvelle république

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des miracles !», disait le grand poète de la révolution, Moufdi Zakaria.

A l’exception de quelques événements indésirables qui ont eu lieu dans le passé, déjà il n’est pas bien de s’en remémorer. Pis encore, pas bien d’en parler. L’Algérie a, depuis des temps immémoriaux, opté pour la paix et le travail voire de la réalisation de soi, à tous les niveaux. Pas spécifiquement pour la paix et la réalisation de soi, mais également pour la stabilité et la cohabitation pacifique, avec tout être humain partageant avec nous un quelconque espace commun. Ce que je viens d’avancer, ce ne sont pas des prétentions, d’un nationaliste en exaltation, à outrance, sans fondement réel. Tous ceux qui suivent le parcours de la nation algérienne depuis son retour sur la scène et sa renaissance, après 132 ans d’occultation, pourraient s’ils étaient justes et honnêtes, apporter leur témoignage sur cette question… En dépit des insuffisances que l’on peut facilement détecter sur le champ, l’Algérie reste un havre de paix, de civilisation et de réalisation de soi. En fait, il n’y a rien d’illogique là-dessus. À travers un langage commun presque uniforme de la rue, l’on pourrait facilement recueillir parmi la population des attitudes de désespoir et des propos laissant entrevoir des esprits ruinés par la déception. Ces attitudes sont justifiées par une tendance devenue une habitude à se concentrer avec force sur les inconvénients. Alors que la justice, le bon sens et l’honnêteté exigent que l’on adopte des positions de justice et d’équité. Nous ne trouvons pas d’inconvénient d’émettre des critiques là où il est objectivement nécessaire de le faire. C’est une critique constructive visant à attirer l’attention des responsables vis-à-vis d’un tel ou tel problème, non encore résolu ou mal résolu, dans le but de remédier à la carence constatée. «Tomber sept fois et se relever huit», disait un très sage proverbe japonais. Voilà, pourquoi nous avons laissé ahuri ceux qui cherchent, coûte que coûte la chute spectaculaire de ce grand pays. Déjà, le fait d’annoncer une nouvelle feuille de route, riche en projets de développement et en programmes de redressement, cela voudrait dire que nous ne sommes pas prêts à capituler devant nos problèmes et devant ceux qui les fomentent, furent-ils aussi complexes. Ce grand pays a déjà vécu une décennie noire, caractérisée par un terrorisme sanguinaire, des plus cruels. Finalement, il s’en est sorti, comme par un miracle, d’une situation de chaos très certaine. Et la vie a repris de plus belle, comme si de rien n’était…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le top de la formation dans l’Institution militaire

Depuis l’adoption de l’option visant ...

Le 16 avril: Jour de la science… tout un symbole

Les Algériens avaient choisi le ...

Le Proche-Orient sur une poudrière

Dès le 07 octobre dernier, ...

Israël est désormais vulnérable!

A vrai dire, la vulnérabilité ...

Et, si l’Iran attaque Israël?

C’est possible… Mais une telle ...