Accueil » ORAN » Femme «Fidai» condamnée à mort par l’armée coloniale. La moujahida Mme Zedam Nabiha n’est plus

Femme «Fidai» condamnée à mort par l’armée coloniale. La moujahida Mme Zedam Nabiha n’est plus

Grande dame de classe et figure emblématique du militantisme féminin oranais durant la Guerre d’indépendance, Mme Zedam Nabiha, née le 26 décembre 1942 et femme «Fidai» aux côtés de Soufi Zoubida et des Sœurs Benslimane desquelles est tirée la baptême d’une rue près du Lycée Pasteur à Oran, a été à l’avant-garde durant la lutte pour la libération de l’Algérie du joug colonial. Ayant été en «contacts étroits et discrets» avec le chef de la Cellule de l’Ouest, Ahmed Zabana, premier martyr guillotiné duquel elle recevait directement, sans intermédiaires, les ordres, elle fut après son arrestation, condamnée à mort par l’armée coloniale française durant la guerre de libération nationale, après avoir été incarcérée à la prison d’Oran dite la Casbah, avant d’être transférée à la prison de «Perrégaux» à Mohamadia, wilaya de Mascara. Mme Zedam a porté les armes à un âge précoce, soit à 17 ans, et a participé à plusieurs opérations .Durant la glorieuse guerre d’Algérie, de nombreuses femmes oranaises ont rejoint le maquis pour défendre la cause indépendantiste algérienne de 1954 à 1962. Engagées auprès du FLN ou de l’Armée de libération nationale (ALN), elles contribuèrent à l’indépendance de l’Algérie. Ces résistantes ont occupé diverses missions. Certaines ont été poseuses de bombes. D’autres ont pris les armes dans le maquis auprès des «moudjahidines», plus connus par les combattants du FLN et de l’ALN. Alors que certaines d’entre les ont été propagandistes, infirmières, couturières, aidaient ou écrivaient les lettres aux moudjahidines. Elles furent aussi employées dans les tâches quotidiennes comme le nettoyage des vêtements et la préparation des repas. Le rôle clé des femmes militantes algériennes pour l’indépendance de l’Algérie tant il est grand, reste toutefois peu connu ou peu médiatisé. «Le rôle de l’une de ces femmes, en l’occurrence Mme Zedam qui se gardait d’être vue en médias, loin des projecteurs et de la publicité, doit être aujourd’hui écrit en lettres d’or et des pages entières sur la femme militante oranaise durant la guerre de libération devraient à cette occasion être élaborées», a témoigné un ancien militant du FLN à Oran. Elle fut, depuis l’indépendance, femme active et bénévole au service de son parti et de son pays. Elle a eu instruction de créer les premières cellules des femmes militantes au sein de la Mouhafada d’Oran, participé à toutes les manifestations organisées par ce parti. Elle fut aussi plusieurs fois honorée par les hauts cadres du parti et par la kasma trois à l’occasion des fêtes nationales, entre autres de l’indépendance du 5 juillet 1962, du déclenchement de la révolution du 1er Novembre 1954. Au sein de la Mouhafada, elle a œuvré de concert avec son amie et confidente la défunte Mme Laguer Zoulikha, pour structurer les cellules des femmes. Le monde militant féminin oranais perd ainsi une femme résistante, humble et dévouée à son pays et à son parti de toujours, le FLN. Au sein de la génération actuelle des femmes oranaises, on évoque sans cesse cette femme de valeur mais on ne connaît pas toujours ses vertus et les grands symboles de la résistance et de la résilience à la colonisation française à l’ouest. Ainsi, ces femmes ayant participé à la guerre de libération nationale ont droit à des traces d’écriture et de connaissances au profit des historiens et ce, afin que nul oublie.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le paysage préélectoral s’installe progressivement. Course à la présidentielle

La décision du Président de ...

Coup d’envoi du Recensement général de l’Agriculture 2024. Le wali insiste sur la sensibilisation autour de l’évènement

C’est sous le thème «données ...

Un décret concernant la construction automobile modifie et complète un précédent, publié au Journal officiel. Et ça repart !

Quelle sera au fait la ...

Le «Front El Moustakbal» et l’élection présidentielle anticipée. «Pour une mobilisation populaire contre l’absentéisme»

Le parti politique agréé, le ...

De grandes entreprises asiatiques souhaitent investir dans diverses activités. L’Algérie: une destination de choix

Après les Espagnols, les Italiens, ...