Accueil » SPORT » Fédération algérienne de Football – Equipe nationale. Sadi face à l’équation post-Belmadi

Fédération algérienne de Football – Equipe nationale. Sadi face à l’équation post-Belmadi

Véritable tournant dans le mandat à peine entamé de Walid Sadi, la CAN-2023 a déboulonné Djamel Belmadi de son piédestal et laissé vacant le poste si sensible de sélectionneur national. A un mois et demi de «son» tournoi international à Alger et Annaba sous l’égide de la FIFA, la FAF tente, tant bien que mal, de régler ce qui semble être le plus important dossier de cette période charnière. Avant, néanmoins, de songer à tenir compte des conclusions de la commission technique chargée d’éplucher les dossiers des candidats, l’institution de Dély Brahim doit d’abord résoudre l’équation Belmadi, lequel n’a pas encore officiellement rompu sa relation de travail avec l’administration fédérale. Il serait, à ce sujet, simpliste de croire que l’architecte du sacre continental de 2019 accepterait aussi facilement de rendre la vie simple au board de la FAF après avoir essuyé tant de coups bas sous la forme de fuites dans les médias visant uniquement à le discréditer et à lui attribuer le mauvais rôle dans cette fin en queue de poisson. Après avoir fait le dos rond, l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille compte, en effet, bien riposter, rétablir certaines vérités pas toujours bonnes à entendre et faire en sorte de faire «payer» au président de la FAF sa stratégie post-élimination de la CAN. D’autant plus que ne connaissant que trop bien la connexion médiatico-politique de l’axe Alger-Doha, Djamel Belmadi ne lâchera pas l’affaire si facilement, ce qui tend à compliquer davantage la mission de Walid Sadi en cette période difficile pour la sélection nationale qui passera par un tournoi international en mars prochain avant de replonger dès l’entame du mois de juin dans les éliminatoires de la Coupe du Monde 2026 avec deux rencontres en une semaine face à la Guinée et l’Ouganda. Outre ce temps pris à résoudre un problème contractuel qui aurait pu être traité différemment si Sadi ne s’était pas trop précipité en faisant fuir un accord à l’amiable qui n’en était pas un et des détails financiers qui devaient restés dans le domaine du secret professionnel, la FAF patine maladroitement dans sa rechercher d’un entraineur de gros calibre. A défaut de rechercher un profil particulier, la Fédération revisite certains «classiques» qui rappellent les heures sombres de la gestion du football d’élite en Algérie, pour, au final, n’en récolter que des retours négatifs. Zinedine Zidane, Madjid Bougherra, Vladimir Petkovic, Amir Abdou, Branko Ivankovic , Hervé Renard, Carlos Quieroz et Vahid Halilhodzic ont, ainsi, été cités dans les couloirs de la FAF de Walid Sadi sans pour autant qu’un quelconque favori se dégage

À propos Rachid.BELARBI

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

De nouveau très en vue avec l’Olympique Lyonnais. Benrahma monte en puissance

Et si le fait d’avoir ...

La course au maintien s’emballe à 8 journées de la fin Magra en surprise, Chlef s’enlise

Bien que leur équipe ne ...

Classée 43ème nation mondiale et 7ème africaine. L’Algérie fait du surplace

Sans surprise, l’Algérie a fait ...

Son retour en EN, Petkovic, ses objectifs, sa grave blessure … Les confidences de Benzia

Dans une interview accordée au ...

En perspective des rencontres de juin face à la Guinée et l’Ouganda. Petkovic, l’embarras du choix

Après avoir effectué une large ...