Accueil » ORAN » Faute de piscines. Des baignades en eaux troubles

Faute de piscines. Des baignades en eaux troubles

La wilaya d’Oran enregistre un déficit flagrant en piscines et en infrastructures réservées aux loisirs, les principales victimes sont évidemment les familles modestes qui n’ont pas les moyens financiers requis pour offrir à leurs enfants des séjours, ne serait-ce que des sorties d’une journée, en bord de mer distante de quelques 12 Km de la ville. L’image est devenue tristement habituel, des enfants en bas âge sont au rendez-vous des jets d’eaux et ce pour se divertir, un lieu idéal pour se baigner et se rafraîchir pendant les vacances de la saison estivale. Quelle est donc cette oasis pour ces enfants? Et bien tenez-vous bien, ce n’est que le jet d’eau qui fait office de rond point. Malgré l’exiguïté de l’espace, des dizaines d’enfants venant de divers quartiers se précipitent en choeur pour profiter de cette piscine improvisée. Inconscient du danger il y en a même qui tentent des plongeons. Pour rappel, des dizaines d’enfants continuent à se rendre vers des plans d’eau au péril de leur vie. En dépit des campagnes de sensibilisation et des appels lancés par la protection civile à l’adresse des jeunes les invitant à prendre conscience du danger de ces bassins de la mort. Alors il n’est pas surprenant de voir des dizaines d’enfants, en quête de fraîcheur, se rabattre sur des jets d’eau de la ville ou des bassins d’eau situés sur des terres agricoles. Il n’est pas surprenant aussi de voir que des dizaines de jeunes au risque de leur vie optent pour les criques rocheuses de Cap Rousseau, Monte Cristo, ou des falaises. Première wilaya de l’ouest algérien et seconde du pays souffre toujours du manque de projets de développement en matière d’infrastructures nautiques, surtout devant l’oisiveté du secteur de la jeunesse et des sports mis à part quelques stades combinés au niveau de certains quartiers et communes de la wilaya et dont la plupart sont dans un état de dégradation faute d’incivisme et d’entretien. Une question reste toujours posée, qui sont ces associations qui occupent les piscines de la wilaya d’Oran?

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

En l’absence de contrôle et de l’application de la loi. Des cités neuves défigurées par des transformations anarchiques

La ville d’Oran a vécu ...

Environnement. Un minimum de discipline pour une ville propre

«La propreté fait partie intégrante ...

Nids-de-poule, affaissements, fosses… La voirie de tous les dangers

Le réseau routier d’une ville ...

Quartier de Choupot. Les rues Soufi Zoubida et Smain Med sombrent dans le désordre

A Hai Abdelmoumene (Ex-Choupôt), la ...

Drogue et psychotrope. Prévenir la consommation chez les jeunes

Le phénomène de la consommation ...