Accueil » CHRONIQUE » Faudrait-il fermer les écoles ?

Faudrait-il fermer les écoles ?

Après les derniers culminants records, jamais enregistrés en Algérie, depuis l’avènement de la pandémie, il y a dix mois de cela, des interrogations s’imposent au sujet d’un retour à un confinement total où, par exemple, les écoles seront impérativement fermées. Je ne le crois, puisque la décision a été prise, en vue de la nécessité de s’inventer des moyens, ou – si vous voulez – des subterfuges permettant, tout de même, de continuer à travailler voire à survivre, tout en se parant contre les menaces de contamination du Covid-19… C’est du confinement actif, au lieu d’un confinement passif appliqué dès les premières propagations du virus, confinant ainsi les gens à attendre avec inertie le salut qui, peut-être, ne va jamais arriver. Tous les pays du monde se sont mis d’accord, sur cette option. Aux Etats-Unis, -par exemple- où le pays est ravagé par la pandémie, où les contaminations se comptent, journellement, par milliers et les décès par dizaines, rien n’a, cependant, empêché l’organisation par ce pays des élections présidentielles à sa date précise. Il y a certes, une pandémie qui produit, comme toute maladie épidémiologique, ses effets macabres dans la société, mais à l’opposé, il existe une volonté humaine de vivre et de survivre à cette menace. L’on va sûrement, laisser quelques plumes au cours du parcours de lutte. Alors que même si l’on préfère le confinement passif chez soi, ça serait, également, une autre façon de mourir. Peut-être plus longue, mais hélas, sûre et certaine. Les établissements scolaires doivent continuer à travailler normalement, tout en restant à cheval, au sujet des mesures de distanciation, d’hygiène et de gestes barrières. Le ministère de l’Education nationale avait opté pour une stratégie efficace à cet effet. Notamment, la question de la réorganisation des classes et des horaires pédagogiques. Pour s’acclimater aux nouvelles données imposées par la pandémie. Les pouvoirs publics doivent continuer à se montrer intransigeants face aux comportements nonchalants à l’égard du respect des mesures de distanciation et des gestes barrières, particulièrement, dans les lieux de rassemblement comme les transports en commun, les mosquées, quelques administrations: APC, état-civil, bureaux de poste. Le réflexe du port automatique de la bavette et autres gestes barrières doit être développé chez les citoyens. L’esprit insouciant de quelques citoyens, vis-à-vis de cette catastrophe, serait derrière les résultats alarmants dont chaque jour, les chiffres enregistrent des augmentations en flèche. Nous sommes en train de constater – enfin!- que les pouvoirs publics font avec plus de sérieux, ce qu’ils auraient dû faire, il y a des mois de cela.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Importation des véhicules: Le casse-tête !

Une information fraîche et formidable, ...

L’université algérienne Rang et rentabilité

SC Imago Institutions Rankings, un ...

L’huile de table, retour à la Une

Encore un épouvantable épisode sur ...

La finance algérienne à l‘étranger !

Bien que je ne me ...

Stockage ! A pied d’œuvre

A moins de deux mois ...