Accueil » RÉGIONS » Ex-Ferme «Guiton Chabre» Hammam Bou-Hadjar. Un patrimoine de la révolution à l’abandon

Ex-Ferme «Guiton Chabre» Hammam Bou-Hadjar. Un patrimoine de la révolution à l’abandon

Par B.Abdelkader

Les travaux de l’opération de la restauration camp d’internement de l’Ex-Ferme «Guiton Chabre» n’ont pas encore débuté …Et ce retard suscite moult interrogations par la famille révolutionnaire en particulier les enfants des Moudjahidine…. Selon des informations recueillies localement et dans le cadre de l’exécution de la politique de la préservation du patrimoine historique de la révolution armée déclenchée à partir du 1er novembre 1954, à travers l’ensemble du territoire du Pays, les services du Ministère des Moudjahidine, en coordination avec ceux de la wilaya et ceux de la direction des Moudjahidine d’Ain-Temouchent, vont prendre en charge les opérations de la restauration du Centre de Torture de l’ex-ferme «Chabre», qui était construit durant l’ère coloniale, se trouvant distant d’une douzaine de kilomètres du chef-lieu de commune et de daïra de Hammam-Bou-Hadjar, dans la wilaya d’Ain-Temouchent. Rappelons que l’état déplorable marqué par son abandon, alourdi par des actes de dégradation d’une manière continue à la suite des aléas climatiques et le manque d’entretien, a fait l’objet des éditions diffusées par notre journal, faisant état des doléances des enfants des moudjahidine torturés dont certains ayant subi de graves blessures et entrainé la mort ou un handicap total ou fortement partiel. Devant cette situation regrettable, le correspondant du journal s’était rapproché des responsables de l’organisation de wilaya des moudjahidine dont monsieur Bouaka El-Houari, Secrétaire Général du Bureau de Wilaya de l’Organisation Nationale des moudjahidine, de la wilaya (ONM) d’Ain-Temouchent, qui a déclaré qu’un dossier technique lié à son réaménagement pour abriter un musée du Moudjahid, a été adressé aux services centraux du Ministère des Moudjahidine à Alger et qu’il attend des suites à ce dossier qui rentre dans le cadre du ciblage, de la reviviscence des sites du patrimoine historique de la lutte de la libération nationale, déclenchée le 1er Novembre 1954. Notre interlocuteur ajoute que ce centre de concentration et de torture a connu des interrogatoires, des auditions très pénibles avec des tortures à l’encontre de nos moudjahidine et des chouhada de notre glorieuse révolution. Étaient prisonniers, des cadres de l’Armée de la Libération Nationale (ALN), capturés blessés lors des accrochages avec les forces colonialistes Françaises à l’époque, dans la région de l’Ouest du Pays, voire-même à travers le territoire du Pays. Des Moudjahidine toujours vivants témoignent que ce camp de concentration militaire créé par l’Occupant Français lors des années braises de la révolution armée Algérienne, durant l’année 1957, a connu l’incarcération des intellectuels Algériens, tels que le défunt Abdelhamid Benzine, Moudjahid, membre de l’ALN, a participé activement à la lutte de la libération nationale, puis durant l’indépendance il s’était attelé au journalisme pour devenir ensuite rédacteur en chef du journal «Alger Républicain», le défunt Ali Tounsi, ex-Directeur Général de la Sûreté Nationale, etc…..Au plan local, durant l’année 1958, les forces colonialistes Françaises ont interpellé des membres de l’OCFLN, dans la commune de Hammam-Bou-Hadjar, notamment au village Hadjairia, les défunts Benlebna El-Houari, Saim Haddache Mohamed, Boudjella Mohamed, etc… lesquels ont subi une arrestation musclée, en janvier 1958, avant d’être conduits à bord de camions de transport militaire à ce centre de concentration «Ex-Ferme Guiton Chabre» pour subir le même sort que leurs frères moudjahidine, et d’ailleurs, les cellules de ce camp d’emprisonnement en témoignent, et ce, après leur condamnation par les tribunaux militaires Français à l’époque à des peines d’emprisonnement variant entre 10 mois et plus. Avant d’être libérés pour se soumettre à des mesures administratives de résidence surveillée. Soulignons que le défunt Benlebna El-Houari a été transféré au centre d’internement de Sidi-Ben-Adda (ex-trois marabouts), à l’époque prisonnier, faisait partie du chantier des travaux forcés, ayant construit, alors qu’il exécutait la peine de travaux forcés (une peine de détention assortie de travail obligatoire pouvant être infligée aux personnes condamnées à l’emprisonnement pour des crimes ou des délits, qui a construit la bâtisse de l’ex-escadron Gendarmerie Française, actuellement il abrite les éléments de notre corps de la Gendarmerie Nationale, et en cours de route, le camion GMC a dérapé, en avril 1958, le défunt moudjahid précité fut éjecté au sol avant d’être évacué, à l’hôpital actuel «Ahmed Medghri» d’Ain-Témouchent, où il a passé une trentaine de jours. Et en ce séjour hospitalier, il a rejoint le centre d’internement de Sidi-Ben-Adda près du siège de l’actuelle Cour de Justice d’Ain-Temouchent. Il y a lieu de souligner que l’état actuel déplorable, dégradé, délabré fait l’objet de vives critiques parmi les responsables de l’ONM, des moudjahidine et les enfants des moudjahidine, voire le milieu politisé et intellectuel local qui demandent l’intervention de monsieur Le Ministre des Moudjahidine pour revivifier historiquement ce centre de notre Révolution Armée de la Libération Nationale et le classifier en tant que patrimoine de notre histoire révolutionnaire contemporaine, avec l’implantation d’une stèle commémorative comportant l’ensemble des prisonniers décédés dans ce centre de concentration de torture, durant l’occupation Française. Rappelons que ce centre de concentration a fait l’objet d’un séminaire national en décembre 1997 de 03 jours à Ain-Temouchent.

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Prévention et lutte contre le covid-19 et les différentes mutations de ses variants. Journée d’étude et de sensibilisation à Ain-Temouchent

La salle des conférences de ...

Ain-Témouchent. Ces déchets qui nuisent à la santé publique et à l’environnement

Malheureusement et nonobstant l’arrivée proche ...

76ème anniversaire des massacres du 08 mai 1945. La daïra de Béni-saf abrite les festivités

Dans le cadre de la ...

Ain-Temouchent. Les campagnes de sensibilisation et d’information sur les billets de banque s’avèrent très nécessaires

Pour prévenir ou régresser plus ...

CNAS d’Ain-Temouchent. Campagne d’information de grande envergure sur les prestations

Les services de la Direction ...

%d blogueurs aiment cette page :