Accueil » ACTUALITE » Éviction de Abdelkader Lamiri de son poste de PDG de l’hôtel El Aurassi. 40 ans de régne !

Éviction de Abdelkader Lamiri de son poste de PDG de l’hôtel El Aurassi. 40 ans de régne !

La machine judiciaire se met en branle et la cour des comptes et l’IGF réagissent suite aux constat et alertes sur des incongruités. Celles-ci sont désormais à pied d’œuvre pour un contrôle mais plutôt des comptes à rendre adressés à des PDG des EGT concernant la gestion de leurs établissements et l’entité qu’ils gèrent. Ainsi, le sulfureux patron de l’hôtel Aurassi, Abdelkader Lamri, a été éjecté après un règne en main de fer qui a duré presque 40 ans à la tête de cette infrastructure hôtelière étatique qui répondait, bien avant sa modernisation jadis, aux normes internationales du tourisme dictées par l’OMT. L’ex ministre Smail Mimouni et après la volteface qu’a suscité cette modernisation, nous fait savoir, alors, que désormais « l’hôtel en question ne sera plus une cafétéria du coin mais ce sera un vrai hôtel international pour conclure des contrats de grands projets ». Ce sera le contraire qui se produira. Selon le directeur d’hébergement, M. Benhalla, celui-ci nous confiait alors, que l’hôtel et après son ouverture officielle était, hélas, déficitaire si ce n’était les clients de la FIA pour récupérer ses pertes. Il faut, néanmoins, souligner que le rapport de la Cour des comptes est accablant au sujet de la passation des quatre contrats signés par l’EGH El- Aurassi dans le cadre de cette opération de rénovation.  » Alors que l’offre retenue du groupement turc était de 38,5 millions d’euros, le marché a été attribué pour 42,7 millions d’euros, soit une augmentation non justifiée de 4 millions d’euros, représentant 10,5% du montant de l’offre ». L’opération, qui a débuté à cette date par le lancement d’un appel d’offres, a donné lieu au choix de l’entreprise allemande Fischer Bau pour un montant de 45,4 millions d’euros. Le contrat n’a pas été signé à cause de la faillite de cette entreprise. Un scandale pour le PDG AEK Lamri. C’est donc un bureau turc installé à Londres qui s’occupera du reste des travaux. La rénovation de l’hôtel El-Aurassi a été engagée en 1999 alors Chérif Rahmani ministre du tourisme. Mais son inauguration après un long retard qu’a accusé le partenaire turc à cause de ses mauvaises performances, a causé un énorme préjudice au bon fonctionnement de cette structure étatique hôtelière qui fut la fierté de l’Algérie. Son inauguration a été faite par l’ex ministre du tourisme Smail Mimouni. Les prix fixés étaient exorbitants frôlant même l’hérésie et l’ex PDG, nous confiait alors que c’était le bureau d’étude londonien qui fixait les prix des prestations et structures d’accueil, dont la plus somptueuse suite et résidence présidentielle conçue sur mesure pour l’ex président déchu, Abdelaziz Bouteflika, que nous avons pu constater de visu après une visite guidée, avant cette clôture officielle en campagne de AEK Lamri. La rénovation de l’hôtel El-Aurassi a été engagée en 1999. Selon un contrôle effectué par la Cour des comptes entre 2014 et 2015, la gestion de ce chantier, toujours inachevé après 15 ans – il restait alors quelques réserves à lever, a donné lieu à un énorme surcoût selon nos sources concordantes. Un appel d’offres a donné lieu au choix de l’entreprise allemande Fischer Bau pour un montant de 45,4 millions d’euros. Le contrat n’a pas été signé à cause de la faillite de cette entreprise. Mais, la gestion jugée défectueuse du projet, puisque les travaux ont donné lieu à un vrai désastre tel que nous l’avons constaté de visu, relancé quatre ans après, a engendré d’énormes surcoûts puisque « Le coût s’est élevé à 75 millions d’euros », précise-t-on dans le rapport d’un contrôle effectué par la Cour des comptes en 2014. En juin 2006 et après une longue péripétie, sa gestion sera confiée à l’entité qui gère les actifs touristiques de l’Etat l’ex SGP «Tourisme et Hôtellerie» (Gestour) devenue HTT. Celle-ci était dirigée par Mohamed-Amine Messaid, ex chef de cabinet de Sellal, ex premier ministre actuellement emprisonné dans le cadre des affaires de corruption. Abdelkader Lamri, toujours PDG de cette infrastructure hôtelière, a entrepris des démarches auprès des pouvoirs publics afin d’obtenir leur accord pour l’exécution du contrat signé avec KEF. Le recours du groupement turc à l’arbitrage international, en septembre 2008, pour réclamer la réparation d’un préjudice estimé à 7,3 millions d’euros, a fini par convaincre le Comité des participations de l’Etat qui, en janvier 2009, a donné son accord pour les travaux de rénovation au temps de Cherif Rahmani, ministre du tourisme. Coup de théâtre, puisque selon notre source, 08 autres rallonges ont été accordées à l’entrepreneur turc KEF en raison de la non-maîtrise des besoins dans le cahier des charges élaboré par le bureau d’études belge International Montage Maintenance (IMM), mais aussi, de l’absence de références de cet entrepreneur dans le domaine. Ce qui a porté le montant du contrat à près de 68 millions d’euros. En effet, le contrat d’études et de suivi des travaux a été conclu avec IMM en février 2001 pour accompagner l’EGH El-Aurassi dans le suivi de l’opération pour un montant de 1,8 million d’euros. Mais les retards enregistrés dans la réalisation des travaux ont entraîné trois avenants au contrat initial signé avec ce bureau spécialisé plutôt dans la construction, clés en main, des centrales de production d’énergie à moteurs thermiques et qui compte parmi les fournisseurs de Sonelgaz. Ce qui a porté le montant total de ses prestations à 4 millions d’euros. Quant à la fourniture et la pose d’un système audiovisuel dans la salle des conférences, l’EGH El-Aurassi est tombé sur une autre entreprise défaillante qui n’a pas tardé à faire faillite. L’entreprise belge Mediatone –retenue à l’issue d’une consultation restreinte lancée en janvier 2005 et dont le contrat d’un montant d’un million d’euros, paraphé en janvier 2006, n’a pas été concrétisé suite à l’arrêt de l’opération a été reconduite en juin 2009 à la faveur d’un nouveau contrat de 1,2 million d’euros, soit 11% de plus par rapport au contrat initial toujours selon des sources sûres. Mediatone a fait faillite en janvier 2013 et n’a pas eu le temps de lever les réserves émises lors de la réception provisoire du système audiovisuel. Il a fallu engager une autre entreprise belge, Studiotech en l’occurrence, qui, en vertu d’un accord signé en juillet 2013, a rattrapé le coup pour 57 000 euros. Signalons à cet effet, que l’établissement El Aurassi qui a fait peau neuve après un vrai remue-ménage et des travailleurs turcs pour le finaliser, a été réceptionné en mars 2012 en présence de 04 ministres dont l’ex ministre du tourisme Smail Mimouni avec plusieurs retards et malgré le fait que le groupement turc KEF ait bénéficié de la fermeture totale de l’établissement. Pourtant, les avenants du contrat du groupement turc ont porté les délais de 22 à 26 mois selon des sources concordantes. D’autant qu’il s’est engagé dans l’offre formulée en septembre 2005 à réduire les délais de trois mois en cas de fermeture totale de l’établissement, ce qui fut fait pour 14 mois à compter de janvier 2011. La Cour des comptes, qui a noté qu’aucune pénalité de retard n’a été appliquée, a même alerté sur plusieurs incongruités : «Mauvaise exécution des prestations, introduction tardive des travaux liés à la sécurité, facturation de prestations inexistantes, application de taux de change différents à la même date et le recours aux forfaits pour des travaux qui sont d’habitude facturés au métré.

À propos NADIRA FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Présidentielle du 7 septembre. 26 postulants ont retiré les formulaires de souscription

Les postulants à la course ...

Présidentielles anticipées. Bengrina sur les traces du FLN?

L’ex membre du CNT, l’ex ...

Élections présidentielles de septembre 2024. Dernière ligne droite pour les 14 postulants

La date du 27 juin ...

Madar Holding honore l’acteur Algérien Sid Ahmed Agoumi

Le premier trophée « Afaneen El ...

Elections présidentielles anticipées de septembre 2024. Le compte à rebours…

A quelques mois de la ...