Accueil » MONDE » Ethiopie. Le gouvernement décrète un «cessez-le-feu unilatéral» au Tigré

Ethiopie. Le gouvernement décrète un «cessez-le-feu unilatéral» au Tigré

Le gouvernement éthiopien a décrété lundi un « cessez-le-feu unilatéral et inconditionnel » au Tigré, selon plusieurs médias d’Etat. Cette décision intervient après que les forces loyales aux anciennes autorités de la région ont repris la capitale, Mekele. Les rebelles, de leur côté, ont annoncé leur intention d' »intensifier » les combats. Les autorités éthiopiennes ont décrété lundi 28 juin un « cessez-le-feu unilatéral » après près de huit mois de combat, tandis que les forces loyales aux anciennes autorités dissidentes du Tigré sont entrées le même jour dans Mekele, la capitale de cette région du nord du pays. « Afin que les agriculteurs puissent cultiver paisiblement, que l’aide humanitaire puisse être distribuée en dehors de toute activité militaire, que les forces résiduelles du TPLF puissent reprendre le chemin de la paix (…), un cessez-le-feu unilatéral et inconditionnel a été décrété à compter d’aujourd’hui, 28 juin, jusqu’à la fin de la saison des cultures », a annoncé le gouvernement dans son communiqué. Mais il semble que les autorités dissidentes de la région du Tigré ne soient pas décidées à déposer les armes. Les rebelles ont assuré que leur lutte allait « s’intensifier » jusqu’à ce que tous les « ennemis » quittent la région, laissant entendre que les combats se poursuivraient malgré le cessez-le-feu. Dans la soirée, les Etats-Unis, l’Irlande et le Royaume-Uni ont demandé une réunion d’urgence publique du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Tigré, a-t-on appris lundi de sources diplomatiques. Cette réunion pourrait se tenir vendredi. Depuis le déclenchement du conflit en novembre, les Occidentaux n’ont jamais réussi à tenir une session publique sur le Tigré, les Africains, la Chine, la Russie ainsi que d’autres membres du Conseil jugeant que la crise est une affaire interne à l’Ethiopie. Mekele avait été prise par l’armée fédérale le 28 novembre 2020, trois semaines après le lancement par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed d’une offensive destinée à renverser les autorités locales dissidentes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Cette opération de « maintien de l’ordre » avait été décidée après que les forces pro-TPLF ont attaqué des bases militaires, avait justifié Premier ministre, prix Nobel de la paix 2019.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Covid-19. La Chine annonce un allègement général des restrictions

Après un allègement des restrictions ...

Mort de Shireen Abu Akleh. Al Jazeera soumet l’affaire au procureur de la CPI

La chaîne de télévision qatarie ...

Covid-19, grippe et bronchiolite. La France face à une «triple épidémie» inédite

Entre une neuvième vague de ...

Etats-Unis. Au moins 25 millions d’Américains menacés par le mauvais temps

«Une succession d’orages graves ? ...

Iran. Plus de 300 morts depuis le début des manifestations

Un premier bilan officiel, qui ...