Accueil » Point de Vue » Et… on continue à vendre des armes à Israël !

Et… on continue à vendre des armes à Israël !

C’est une erreur de penser que la diplomatie peut toujours régler des différends internationaux tant qu’il existe «une bonne foi» ou «une volonté de parvenir à un accord». En effet, dans des relations internationales, chaque puissance semblera à ses adversaires manquer précisément de ces qualités.*
(Kissinger 1971.)

La justice internationale, ce n’est que du bluff ! La loi du plus fort continue à faire interagir les relations entre les nations. Les puissances les plus fortes, du point de vue économique et militaire, continuent à gérer la planète et ses sept milliards d’êtres humains. Cette gestion imposée qui est loin d’être démocratique, se fait par le moyen du chantage, de l’intimidation et le droit de la force. Elle devrait nécessairement aboutir à l’avantage de ces puissances et jamais à l’avantage des infortunés impuissants. Il n’y a rien de neuf, dans la politique occidentale vis-à-vis du conflit au Moyen-Orient comme aimaient le dire les médias de ces pays. Ils ont créé l’entité sioniste, il y a plus de 70 ans de cela. Ils vont continuer à la subvenir et à la protéger, jusqu’à ce qu’un des sex machines intervienne contre leur gré, à la fin des temps que cela se fasse contrairement aux dispositions du droit international qu’eux-mêmes avaient établi …Les principes des Droits de l’Homme, les accords, les traités et surtout le droit international, ce n’est en fait qu’un «jeu de guerre», comme l’avait déclaré, il y a près de deux siècles le maréchal de Bourmont. Le jour où l’existence de l’entité sioniste dans cette région de la Terre, ne va plus servir les intérêts des puissances qui les avaient mis sur pied, ce jour-là, seulement vous pourrez espérer que ces pays vont lâcher cet Etat organisation criminelle. Exception est faite, si les pays arabes et musulmans changeaient de stratégie voire d’option, allant de la situation de reddition totale vers l’émancipation et la lutte pour la libération ou du moins penser à apporter l’aide nécessaire à la lutte du peuple palestinien. Nous avons perdu une quarantaine d’années, c’est-à-dire depuis camp David, ensuite Madrid et Oslo, en comptant sur la légalité internationale. Nous sommes à plus de 30 ans des accords d’Oslo, pas le moindre avantage n’a été réalisé pour les Palestiniens. La grande défaillance, c’est que depuis 1948, les régimes arabes ont toujours et sincèrement cru aux paroles et aux promesses jamais tenues des gouvernements des puissances occidentales qui mènent le bal sur l’échiquier mondial, par le biais des institutions internationales ONU and Co.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

2027, serait-elle, l’année de l’émergence?

C’est une thèse qui n’est ...

Les vents des présidentiels

A cinq mois des élections ...

L’Etat des investissements en Algérie

Avant de penser à donner ...

Ghaza, la Nekba de plus

Nous sommes au 223ème jour, ...

Optimisme pour la nouvelle Algérie

Devrait-on rester optimiste quant à ...