Accueil » ACTUALITE » Essais nucléaires français en Algérie. Des plaies toujours béantes

Essais nucléaires français en Algérie. Des plaies toujours béantes

Février 1960 fut la première bombe atomique de la France dans le ciel de Reggane, en plein centre du Sahara algérien, sous le commandement du non moins sinistre général Ogrie. S’ensuivirent jusqu’au 1966, trois autres essais et 13 essais souterrains dans le Hoggar. 60 ans après, les conséquences sont terribles, encore visibles à l’œil nu et les victimes irradiées ont du mal à se faire entendre par la France officielle d’aujourd’hui. Que cache au fait la réticence de la France à reconnaître de tels crimes contre l’humanité et l’environnement? Quel destin aussi pour les rescapés de ces explosions souffrant jusqu’à ce jour en silence à cause d’un crime dont ils n’étaient pas responsables? Les 17 expérimentations nucléaires que procédera la France au total vont avoir des répercussions néfastes sur les appels français, les populations civiles des sites concernés par les explosions et bien sûr l’environnement immédiat. Le problème est qu’en quittant l’Algérie, les militaires français avaient enfoui à la hâte du matériel hautement radioactif dans la région de Reggane et ses environs. Les officiels français n’ont jamais voulu remettre les archives topographiques où sont localisées exactement ces mines anti personnelles encore intactes. Les appelés français se battent jusqu’à aujourd’hui pour obtenir réparation du préjudice subi au même titre que les victimes du désert. La loi Morin en 2010 qui est venue les délivrer, impute la responsabilité à la France coloniale. Mais pour de nombreuses victimes du Sahara, les dossiers seront rejetés faute de preuves et de témoignages. Le 13 février 1960, la France coloniale faisait exploser sa première bombe dans le Sahara algérien dont les conséquences demeurent, à ce jour, désastreuses sur la population et l’environnement. Pis encore, 62 ans après, la décontamination des sites par la France n’a pas été amorcée et la problématique reste toujours en suspens. En effet, le samedi 13 février 1960 à 7h04 du matin, l’armée coloniale faisait exploser, à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Hamoudia (Reggane), une bombe au plutonium cinq fois plus puissante (quatre fois selon les archives françaises que celle tristement connue d’Hiroshima au Japon. Dénommée « Gerboise Bleue », la première explosion nucléaire sera suivie par 03 autres au niveau du site de Reggane, à savoir « Gerboise blanche » (1er avril 1960), « Gerboise rouge » (27 décembre 1960) et « Gerboise verte » (25 avril 1961). Au total, la France a procédé à l’explosion de 17 bombes nucléaires aériennes et souterraines, entre février 1960 et février 1967 dans la région de Reggane et dans les cavités du massif du Hoggar (Tamanrasset) et ce, au mépris de la sécurité de la population locale et de l’environnement. A travers ces explosions, la France coloniale voulait à tout prix rejoindre le club mondial nucléaire, sans se soucier de la santé de la population et encore moins de la faune et de la flore. Plus grave encore, la France avait prétendu que ces explosions se situaient dans des régions inhabitées et désertiques, alors que celles-ci abritaient quelque 30.000 âmes. Les effets induits par ces explosions atomiques continuent d’affecter la santé des habitants de ces zones où les rayons radioactifs sont omniprésents, sachant que les déchets métalliques hautement radioactifs, comme les bidons, les fûts et autres objets laissés par le colonisateur, ont été utilisés par les populations, notamment les nomades, ce qui constitue un réel danger pour ces habitants. Dans ce sens, des médecins ont révélé que les explosions nucléaires ont causé des pathologies jusque-là méconnues, aujourd’hui perceptibles sur la santé humaine. Des représentants d’associations d’aide aux malades des régions contaminées ont alerté sur une recrudescence « inquiétante », ces dernières années, des cas de cancer de tous types, de malformations congénitales et de stérilité dus à la radioactivité induite par les explosions menées par la France coloniale dans le Sahara algérien. Des chercheurs en Histoire, algériens et étrangers, estiment, pour leur part, que la récupération des archives liées aux explosions nucléaires françaises en Algérie est un préalable pour mesurer les répercussions de ces crimes contre l’humanité aux plans sanitaire et environnemental. La France qui a utilisé des Algériens comme cobayes, est tenue de restituer les archives liées aux explosions nucléaires menées dans le Sahara afin de permettre l’identification des lieux d’enfouissement des déchets nucléaires et la délimitation des zones contaminées pour éviter de nouvelles victimes.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Élection présidentielle anticipée. Une responsabilité historique

L’Algérie, un riche pays au ...

Les décisions de démolition au centre d’une Journée d’études et de formation des maires. Le wali tire ses flèches sur le permis de complaisance et les permis modificatifs

«Lever les zones d’ombre et ...

Ecole Supérieure de la Douane d’Oran. «Zéro papier» pour les formalités douanières et pas de géant vers la modernisation

La meilleure illustration du saut ...

Levée de gel sur les communes de Hassi Benokba et Hassi Bounif. Les Maires installés et reprise en charge des affaires publiques

Le wali d’Oran Sayoud Said ...

La mutation digitale dans le secteur de la Santé se poursuit. Vers le «zéro papier» dans les hôpitaux

Comment se faire soigner ou ...