Accueil » ORAN » Es Sénia. L’incivisme à l’origine de la dégradation

Es Sénia. L’incivisme à l’origine de la dégradation

«Notre commune est devenue un dépotoir à ciel ouvert. C’est à croire que nos responsables et certains élus se sont accommodés avec ce décor repoussant», fustigent les habitants de cette commune. Les immondices jonchent le sol à quelques mètres de la cité universitaire le (Volontaire), et des eaux stagnantes à l’entrée même de la poste et le centre des chèques postaux. En réalité, les déchets envahissent la majorité des ruelles que ce soit à la commune mère, Ain Beida et dans tous les autres douars que compte la commune. Le phénomène qui n’a pas manqué d’attirer l’attention des citoyens, c’est la saleté qui caractérise certaines ruelles de cette ville d’Es Sénia, qui n’a pas été épargnée par la clochardisation avancée que connaissent depuis quelques mois la plupart de ses quartiers et cités. Ce n’est pas en effet un problème de ramassage des ordures qui se fait plus au moins régulièrement, mais plutôt l’absence de balayage, après le passage des éboueurs et en cours de journée.  »Nos rues sont de plus en plus sales, les détritus les jonchent à longueur de journée, ont remarqué les habitants des différents quartiers et les étudiants de la cité universitaire, qui s’étonnent de plus voir passer les balayeurs à intervalles régulier comme à l’accoutumée  »Est-ce-que cette mission de balayage a disparu? Ce phénomène est constaté dans la majorité des communes de la wilaya d’Oran, les habitants se plaignent en plus de la poussière qui semble s’être incrustée dans les rues et cités. Elle est due, selon eux, à la boue charriée par temps de pluie. Celle-ci se dépose le long des trottoirs pour se transformer en été en poussière que le trafic automobile contribue à éparpiller rendant l’air irrespirable. Les trottoirs (souvent abimés, fissurés, affaissés) sont jonchés de détritus, cartons, bouteilles de plastique, canettes, gobelets…). La légèreté avec laquelle des habitants de certains quartiers dégradent leur cadre de vie et polluent leur propre environnement, une réalité qui devrait inciter les élus municipaux à prendre les mesures nécessaires pour promouvoir et améliorer les conditions d’hygiène, notamment chez les commerçants qui ne reculent devant rien pour le gain facile au détriment de la santé des citoyens ainsi que la propreté de leur ville. Une fois la journée terminée, ils laissent des tonnes de résidus de leurs marchandises et autres articles, c’est ainsi que des montagnes d’ordures s’y forment, au grand dam des riverains, il suffit de faire une petite tournée dans les différents quartiers pour se rendre à l’évidence, que l’hygiène est absente dans la quasi-totalité des artères de la ville. En effet, le phénomène de saleté vient se mêler au décor coloré de la ville. Ce n’est point un effet de mode, mais bel et bien un constat des plus désolants. Cette image hideuse de cette ville est due à diverses raisons, l’absence aussi remarquée des associations et comités de quartier, l’absence de dialogue entre responsables /élus et citoyens.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Circulation routière et transport public. Les grands points noirs de la ville

L’un des points noirs dont ...

Commerce informel. Terrains agricoles squattés et exploités illicitement

La réglementation en matière d’urbanisme ...

Prolifération de chiens errants. Incivisme, laisser aller et inquiétude

Ecumant les cités à la ...

Rideaux baissés. Le calvaire des Oranais pendant l’Aïd El Fitr

En dépit des assurances de ...

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...