Accueil » ACTUALITE » Équivalant à plus de trois fois Hiroshima et aux retombées radioactives plus longues que prévu. Il y a 64 ans, la «Gerboise Bleue» explosait en Algérie

Équivalant à plus de trois fois Hiroshima et aux retombées radioactives plus longues que prévu. Il y a 64 ans, la «Gerboise Bleue» explosait en Algérie

Il y a 64 ans, dans le désert algérien, une bombe atomique, équivalant à trois voire quatre fois Hiroshima, explosait. C’était exactement le 13 février 1960, quand l’armée française venait de tester son premier essai nucléaire dans le Sahara algérien, baptisé alors «Gerboise Bleue». D’une puissance de 70 kilotonnes, soit trois ou quatre fois plus puissante que celle larguée par les Américains sur Hiroshima, la bombe a eu des retombées radioactives plus longues que prévu. Jean-Marie Collin, expert et porte-parole de la Campagne internationale pour abolir les Armes nucléaires (ICAN France), explique à propos du programme nucléaire de l’hexagone que «l’Etat français a cherché dès 1945 à commencer un programme nucléaire militaire et à tester ses premiers engins qui allaient constituer l’arsenal nucléaire. […] L’armée française va donc chercher des territoires à travers le monde et sur ses différentes colonies où elle pourrait pratiquer ces essais, et choisira l’Algérie». Le choix du sud algérien pour réaliser ces essais est motivé par le fait que le général De Gaulle avait, à l’époque, l’espoir «d’isoler le Sahara de l’Algérie, pour le garder comme terrain d’expérimentation», explique, pour sa part, Patrice Bouveret, directeur de l’Observatoire des armements et co-porte-parole de l’ICAN France, qui rappelle que le pouvoir Français de l’époque avance comme argument qu’au «Sahara il n’y a pas grand monde, il y a seulement un désert». M. Bouvret relève paradoxalement que cette région du Sahara est «à l’époque habitée d’importants villages, mais considérés comme quantités négligeables par la classe dirigeante de l’époque». Au total, 17 essais nucléaires aériens et souterrains ont été effectués par la France, entre Février 1960 et Février 1967, dans la région de Reggane et dans les cavités du massif du Hoggar.
Un rapport annuel du Commissariat français à l’énergie atomique (CEA) de 1960 révèle l’existence d’une zone contaminée de 150 km de long environ. Un document sur les retombées réelles de cette explosion, classé secret défense et déclassifié en avril 2013, montre l’immensité des zones touchées et ce, jusqu’en Afrique subsaharienne, en Afrique centrale et même en Afrique de l’Ouest. Le nuage radioactif a atteint également les côtes méditerranéennes de l’Espagne et la Sicile (Italie). Des taux de radioactivité différents suivant le déplacement des particules de poussière. Après « Gerboise bleue », trois autres essais nucléaires atmosphériques ont été effectués à Reggane entre avril 1960 et avril 1961: « Gerboise blanche », le 1er avril 1960, « Gerboise rouge », le 27 décembre 1960, « Gerboise verte », le 25 avril 1961… «L’ampleur des retombées radioactives contraint la France à abandonner les expérimentations aériennes au profit d’essais souterrains. Pour ses nouvelles expérimentations, la France a choisi un site dans le Hoggar, près de In Ekker, à quelque 150 kilomètres au nord de Tamanrasset», écrivent beaucoup d’historiens sur ce dossier. De novembre 1961 à février 1966, il sera procédé à treize tirs dans des galeries creusées horizontalement dans la montagne. Le 7 novembre 1961, la France a effectué son premier essai nucléaire souterrain (Agate), s’ensuit ensuite le deuxième réalisé le 1er mai 1962. Lors de ces essais, «un nuage radioactif s’échappe de la galerie de tir. C’est l’accident de Béryl, du nom de code de l’essai», note encore le rapport classé secret défense qui révèle que «onze autres tirs en galerie ont été effectués jusqu’à février 1966, dont trois n’ont pas été totalement contenus ou confinés». En décembre 1997, un rapport du Sénat français révèle qu’ «après des années d’expériences diverses, les deux sites de Reggane et d’In Ekker ont été remis à l’Algérie sans qu’aucune modalité de contrôle et de suivi de la radioactivité n’ait été prévue », emboîtant le pas au rapport de la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN), qui indiquait que « dès le début des expérimentations nucléaires, la France a pratiqué une politique d’enfouissement de tous les déchets sous les sables». Tout ce qui était susceptible d’avoir été contaminé par la radioactivité – avions, chars, et tout autre matériel – a donc été enterré ». Pire encore, « des matières radioactives (sables vitrifiés, roche et lave contaminées) ont été laissées à l’air libre, exposant ainsi la population et l’environnement à des dangers certains », a-t-elle déploré. Selon l’ICAN, la France n’a jamais dévoilé où étaient enterrés ces déchets, ni leur quantité. Le 5 janvier 2010, le Parlement français a adopté une loi relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais ou accidents nucléaires, dite Loi Morin, et ce après une dizaine d’années d’actions menées par les associations de victimes des essais nucléaires français en Algérie et en Polynésie. En application de la loi Morin, une procédure d’indemnisation est mise en place pour les personnes atteintes de maladies cancéreuses considérées comme radio-induites par les études scientifiques de référence (ONU) et résultant d’une exposition à des rayonnements ionisants. Au total, 1598 dossiers ont été, entre le 5 janvier 2010 et le 31 décembre 2019, enregistrés par le CIVEN, révèle une étude publiée par l’ICAN en juillet 2020. «Seulement 49 dossiers proviennent de populations résidentes en Algérie au moment des essais», a-t-on appris de sources proches du dossier. «Si 75 propositions d’offre d’indemnisation ont été faites auprès de victimes civiles et militaires ayant séjourné en Algérie, durant la période des essais, une seule victime « habitant en Algérie » a reçu une indemnisation en près de 10 ans», regrette la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN). En somme, la France officielle traite avec deux poids deux mesures le dossier de la mémoire et ses retombées en Algérie. Macron qui cède sur le dossier du nucléaire en Polynésie, ne fait réellement que perpétuer la tradition du double jeu et les revirements versatiles de la France concernant le dossier de la colonisation. Pendant que le chef d’Etat Français multiplie les gestes de bonnes volontés envers la Polynésie Française concernant le dossier des essais nucléaires, son État refuse de remettre à l’Algérie les cartes topographiques qui permettent de déterminer les lieux d’enfouissement des déchets polluants, radioactifs ou chimiques non-découverts à ce jour. Les explosions nucléaires dans le désert du Sahara sont d’irréfutables preuves des crimes perpétrés, dont les radiations continuent d’affecter l’homme et l’environnement et reste, aux yeux des observateurs, le dossier « le plus sensible de ceux de la mémoire qui font l’objet de consultations au sein des commissions compétentes, ce qui nécessite des mesures pratiques urgentes et un règlement et un débat autour de ce dossier en toute objectivité ». Avec la création de l’Agence de réhabilitation des anciens sites d’essais nucléaires et d’explosions nucléaires français dans le Sud algérien, «l’Algérie aura renouvelé son engagement permanent en matière d’interdiction des armes nucléaires, en tant qu’acteur actif sur la scène diplomatique internationale, ainsi que ses efforts visant à empêcher la prolifération des armes nucléaires dans le monde » ajoute-t-on. S’agissant de l’indemnisation des victimes d’explosions nucléaires, les conditions « rédhibitoires » prévues dans la loi Morin du 5 juillet 2010 n’avaient permis aux Algériens de bénéficier d’aucune indemnisation jusqu’à ce jour, malgré le fait que ces essais nucléaires français constituent une catastrophe environnementale et humanitaire. Après plus de 60 ans, ces essais nucléaires français font que le Sud Algérien est toujours exposé aux rayonnements résiduels dans ses zones qui connaissent une augmentation en termes de nombre des cancéreux, tous types confondus, et de malformations congénitales et d’autres manifestations pathologiques. En sommes, 64 ans après la «Gerboise Bleue», les plaies sont toujours béantes.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Bejaia. Le port sera doté d’un laboratoire d’analyse intégré

Le port de Bejaïa sera ...

Sabt Akdim (Béjaia). 51 blessés dans un accident de bus de lycéens d’Akbou

Le dérapage d’un bus transportant ...

Béjaia. Les exportations en hausse

Les exportations de marchandises vers ...

Béjaia. Un plan de lutte contre les incendies mis en place

Dans le cadre de la ...

Multiplication des actes de vol de câbles électriques et conduites de gaz à Bejaïa. La Sonelgaz tire la sonnette d’alarme

Le vol des câbles électriques ...