Accueil » ACTUALITE » Entrevue périodique du président de la République avec les représentants des médias. «Que l’Algérie retrouve sa grandeur»

Entrevue périodique du président de la République avec les représentants des médias. «Que l’Algérie retrouve sa grandeur»

Y a-t-il vraiment un lien ? La dernière rencontre périodique du président Tebboune avec les médias intervient quelques jours seulement après son annonce d’une élection présidentielle anticipée prévue le 7 septembre prochain. Aux yeux des observateurs spécialisés des questions d’intérêt stratégique national, la sortie du président algérien dans les médias est un signe rassurant que le président attend un vœu du peuple pour qu’il se représente lors de la prochaine élection même si pour l’instant, le chef de l’Etat se garde diplomatiquement de se prononcer sur ce sujet, précisant qu’il continuait à mettre en œuvre son programme concentré sur ses 54 engagements. En termes implicites, le président de la République veut montrer que son objectif était de mettre en œuvre son programme du fait, a-t-il dit, qu’il lui restait encore cinq mois de ce mandat. C’est avec de propos engoués et empreints de satisfactions que le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a entamé samedi soir sa rencontre périodique avec les représentants des médias nationaux. Le chef de l’Etat dit œuvrer pour que l’Algérie retrouve sa grandeur. Son objectif suprême dont les contours commencent à se dessiner, est que « l’Algérie retrouve la grandeur qui lui a permis d’accomplir de nombreuses réalisations par le passé». Dans ce contexte, le président s’est réjoui de la satisfaction manifestée par les Algériens à l’égard du développement en cours dans leur pays. Tout compte fait, M. Tebboune s’est montré au cours de cette entrevue avec la presse nationale, gratifiant et valorisant tous les patriotes dévoués qui veillent au bien-être des citoyens et à l’amélioration de leur quotidien. Le président illustre à ce propos le sentiment de « satisfaction » que les Algériens manifestent à l’égard de leur pays et des évolutions positives enregistrées sur tous les plans. Il a, à cet égard, souligné que son objectif est que l’Algérie retrouve la grandeur qui lui a permis d’accomplir des réalisations dans plusieurs domaines, qu’ils soient politiques, diplomatiques ou en faveur des mouvements de libération dans le monde. Le président de la République a affirmé qu’il avait une affection particulière pour le peuple et les jeunes en particulier. Il a souligné que l’expression « Aami Tebboune » (oncle Tebboune), affectionnée par le peuple algérien, traduit un « grand respect et une relation paternelle » dont il est fier. Le président de la République a également souligné que la confiance qu’il a placée dans les jeunes, avait permis à l’Algérie de devenir un leader dans la création de start-up en Afrique non sans rappeler qu’il était « le candidat des jeunes » lors de la Présidentielle de 2019. En réponse à une question concernant sa candidature à l’élection présidentielle prévue le 7 septembre, le chef de l’Etat a estimé qu’il était prématuré de se prononcer sur ce sujet, réaffirmant qu’il lui restait cinq mois de son mandat actuel au cours desquels il continuera à mettre en œuvre son programme et à effectuer des visites de terrain dans plusieurs wilayas à travers le pays. Concernant la décision d’organiser une élection présidentielle anticipée le 7 septembre prochain, le président de la République a affirmé qu’elle était liée à des « raisons purement techniques » qui n’ont aucune incidence sur cette échéance ou son déroulement, soulignant que des milieux étrangers ont émis des spéculations contradictoires à ce sujet. Le président de la République a également abordé la question de l’inscription des membres de la communauté nationale à l’étranger sur les listes électorales en prévision de la prochaine élection présidentielle, révélant « qu’ils pourront s’inscrire sur des listes électorales provisoires au niveau des consulats algériens, à partir de la semaine prochaine ». En réponse à une question sur les Algériens en situation irrégulière à l’étranger, qui demandent leur régularisation et l’obtention de passeports, le président de la République a affirmé que « ce dossier sera définitivement réglé dans deux mois au plus tard », ajoutant que des directives ont été données pour leur régularisation au cas par cas. S’agissant de sa visite en France, le président de la République a affirmé qu’elle « est toujours d’actualité », soulignant que les relations avec la France « ont besoin d’une refondation sans céder un iota sur le dossier de la Mémoire ». Au volet socio-économique, M. Tebboune a affirmé que les mesures prises à l’avance par l’Etat pour assurer la disponibilité de différents produits de consommation avaient permis de garantir la stabilité des prix pendant le mois de Ramadhan, se félicitant de l’adhésion des commerçants et des industriels aux mesures prises à cet effet. Il a en outre fait savoir que la valeur de la production agricole nationale était de 35 milliards USD, soit 18% du produit intérieur brut (PIB), contre plus de 5% pour le secteur industriel. Le président Tebboune a, par ailleurs, évoqué l’augmentation prévue des salaires pour arriver à les doubler en 2026/2027. Il souligne que le produit intérieur brut (PIB) dépassera les 400 milliards de dollars au cours du 1er trimestre de 2026. Après s’être félicité de la réussite du 7e Sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF), tenu à Alger, le président de la République a affirmé que « nous allons investir et produire encore plus dans le domaine du gaz naturel ». Sur le plan international, le chef de l’Etat a évoqué la question palestinienne, affirmant que « la prochaine bataille de l’Algérie consistera à permettre à la Palestine de devenir membre à part entière de l’ONU », saluant à ce propos la diplomatie algérienne « efficace et reconnue ». « L’Algérie n’a pas de visées expansionnistes » et sera toujours du côté des opprimés, a-t-il soutenu. Il a, par ailleurs, rappelé la position constante de l’Algérie à l’égard de la cause du Sahara occidental, en tant que question de décolonisation. « Si nous utilisons la raison au lieu de la menace et de la force, nous parviendrons à une solution », a-t-il fait valoir. Sur sa dernière rencontre avec les dirigeants maghrébins, le président de la République a révélé que le bloc maghrébin que les pays de la région entendent créer, visait à relancer l’action maghrébine commune et à coordonner les efforts en vue d’unifier la voix de ces pays sur de nombreuses questions internationales, sans exclure aucune partie. Evoquant la situation au Mali, il a dit que « les Maliens sont nos frères et sont libres de choisir de régler leurs problèmes sans l’Algérie », mais « les expériences montrent que l’ingérence des étrangers dans les crises locales éloigne toute perspective de solution ». L’Algérie « ne se soumettra pas et fera face à toutes les provocations », a-t-il affirmé.

À propos L. Hicham

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Opérations d’expulsion des logements de fonction du secteur de l’Education. Une bataille juridique coûteuse

Un logement de fonction dans ...

900 millions de baguettes de pain jetées par an. Le gros scandale du gaspillage !

C’est vraiment incroyable comme chiffre ...

Sommet d’Alger du GECF. Succès sur toute la ligne

Comment sera le monde du ...

Le président de la République inaugure Djamaâ El-Djazaïr. Un pôle de modération et de juste milieu

Une fierté pour les Algériens ...

Il a demandé de débarrasser le secteur d’une gestion administrative et bureaucratique. Tebboune mise beaucoup sur l’agriculture

Pour une économie hors hydrocarbures ...