Accueil » ORAN » Enjeux de l’environnement urbain. Manque de respect pour le cadre de vie

Enjeux de l’environnement urbain. Manque de respect pour le cadre de vie

Sauf dans les lieux spécifiquement prévus pour cela, la présence de déchets est, la plupart du temps, vue comme le signe d’un environnement dégradé qui lui-même serait le signe d’autres difficultés. Le manque de respect pour le cadre de vie, les incivilités, l’insuffisance ou le défaut d’organisation des opérations de nettoyage ou d’entretien, des consciences environnementales et citoyennes faibles, seraient en cause. Les déchets sont ainsi très souvent vus comme les indices de défaillances humaines. Ils ont un pouvoir contaminant car le contact avec les choses dégradées semble dégradant. Et effectivement ceux qui doivent vivre à proximité des déchets. Le fait de déposer, d’abandonner, de jeter ou de déverser, dans un lieu public, à l’exception des emplacements désignés à cet effet par la commune, des ordures, déchets, déjections, matériaux, liquides insalubres ou tout autre objet de quelque nature qu’il soit, si ces faits ne sont pas accomplis par la personne ayant la jouissance du lieu ou avec son autorisation, est puni par la loi; cette dernière a pour but la protection de l’environnement, tendant à la protection, la restructuration et la valorisation des ressources naturelles, la prévention et la lutte contre toute forme de pollution et nuisance, l’amélioration du cadre et de la qualité de la vie. Malheureusement, tous les textes et lois de la République sont bafoués par tout le monde car comment expliquer que des sacs de ciment, de pierres, des restes de briques, de carrelages et de parpaings sont pratiquement entreposés partout, aux abords des immeubles et à chaque coin de rue et dans les bacs à ordure. Ces déchets résultent principalement des travaux de construction. En effet, des citoyens déversent leurs décombres sans respect des mosquées, écoles, dispensaires et d’autres structures. L’obstruction des trottoirs et parfois même la voie publique, par des matériaux de construction et autres graviers ainsi que des amas de sable, briques, destinés en général à des aménagements d’habitation et/ou des chantiers d’édification de différentes structures, continuent d’exaspérer les riverains. En effet, en dépit des mises en demeure notifiées à l’encontre des contrevenants, par les brigades mixtes (PUP, APC), cette transgression semble être devenue courante au fil du temps. Si les déchets agissent comme des signes du pouvoir que possèdent les habitants et les commerçants sur leur environnement, c’est d’abord parce qu’ils troublent l’ordre public. Bien entendu, nous ne parlons pas ici des lieux dédiés au traitement ou au stockage des déchets mais de ceux où ils provoquent des réactions parce qu’ils ne sont pas à leur place.

À propos Y.chaibi

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Association coeur ouvert «Lala». La solidarité au rendez-vous

L’élan de solidarité demeure une ...

A la veille de l’Aid El Fitr. Le marché Algerien innondé de produits contrefaits

Quece soit en soins, parfums ...

Vêtements de l’Aïd. La galère des parents!

De nombreuses familles oranaises doivent ...

Ramadhan. Le mouvement associatif solidaire

En ce mois particulier de ...

Les services de sécurité veillent au grain. Un mois sacré dans le calme

Oran, en ces jours du ...