Accueil » CHRONIQUE » Enfin, une solution !

Enfin, une solution !

Le Directeur général de la Pharmacie centrale des hôpitaux, Ali Aoun, a annoncé, jeudi à Alger, l’acquisition de 100 sur 126 médicaments destinés aux malades atteints de cancer au niveau des hôpitaux qui prennent en charge ce type de maladie. Le responsable du PCH a indiqué que les ruptures enregistrées dernièrement ont été induites par les effets de la pandémie de Covid-19 et les perturbations au niveau de certaines usines mondiales de production de ces médicaments à forte demande. Ali Aoun a souligné que le budget alloué par le Trésor public à la PCH, « s’élève à près d’un (1) milliard et 200 millions d’euros par an, avec l’entière disposition des pouvoirs publics de le relever en cas d’augmentation des prix des médicaments sur le marché mondial ». C’est une information qui va soulager les malades et le personnel hospitalier. C’est aussi une réaction à un cri de détresse de la part d’un professionnel qui a évoqué cette pénurie. Le Pr Kamel Bouzid, le président de la société algérienne d’oncologie médicale et chef de service d’oncologie du Centre Pierre et Marie Curie du CHU Mustapha Pacha à Alger, a déclaré à « El Watan » : « Jamais le service d’oncologie médicale du CPMC n’a connu une telle rupture de médicaments et ce, depuis septembre 2020, dénoncée par les onco-pédiatres et qui perdure à ce jour, et nous sommes en juin 2022 ». Une pénurie due au fait que de nombreux produits sont presque arrivés à épuisement au niveau de la pharmacie de CHU Mustapha Pacha. Les stocks disponibles peuvent les faire tenir deux à trois semaines. Le Pr Bouzid ne manque pas de souligner que cette situation est la même dans tous les centres anti-cancer du pays. En novembre 2021, Benbouzid a indiqué qu’il « déplorait essentiellement les ruptures de médicaments anticancéreux », tout en précisant que l’enregistrement les médicaments et l’homologation des dispositifs médicaux ne relèvent plus, depuis l’an dernier, de son ministère. Le ministre avait, à l’époque, fait savoir que ces pénuries pourraient avoir pour cause « l’arrêt de transport aérien et à l’impact qu’a induit la pandémie du Covid-19 sur toutes les démarches d’approvisionnement », a-t-il confié à «Liberté». Donc, le problème date depuis longtemps. Ali Aoun a reçu le directeur du groupe sud-coréen Ckd Otto, In Hyun Baik, et la présidente-directrice générale du groupe Saidal, Fatoum Akacem, avec lesquels il a examiné les voies d’un partenariat dans le domaine de la production de médicaments anticancéreux, a rapporté, jeudi dernier, un communiqué de la PCH. L’Etat devra prévoir une solution « définitive » car l’Algérie enregistre annuellement près de 50.000 nouveaux cas de cancer tous types confondus, selon les données du registre national des cancers, relevant de l’Institut national de la santé publique.

À propos B.nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

La viande, le produit des riches!

L’ONS a fait savoir que ...

Le Covid fait encore peur!

La France est actuellement confrontée ...

Le «forcing» de l’OPEP+

Les prix du pétrole ont ...

L’UE se retourne vers Alger!

Après l’arrêt des livraisons de ...

Ça gaze à l’UE !

Le plafonnement du prix du ...