Accueil » Point de Vue » Encore un été meurtrier!

Encore un été meurtrier!

Au moment où la canicule et son dôme de chaleur suffoquent les gens dans les milieux urbains, encore et encore des incendies de forêt qui laissent des dégâts considérables que ce soit sur le patrimoine forestier ou bien en termes d’infrastructure et de vie humaine… En 24 heures, une forêt verdoyante d’un millier d’hectares pourrait bien se transformer, suite à des feux expansifs, en un désert aride, sentant partout la désolation. Faudrait-il savoir que cette forêt ne saurait se restituer et retrouver sa luxuriante verdure primitive, qu’après une série de saisons abondamment pluvieuses. En ce qui concerne ces feux touchant de plein fouet la végétation devenue comme quelque chose de fatale et absolument inévitable, avec le temps; justement, il y aurait beaucoup à dire là-dessus. L’on ne peut guère atteindre l’option «zéro incendie», parce que, logiquement, c’est impossible. Toutefois, l’intelligence humaine pourrait en diminuer, de façon significative, le nombre et la gravité. Cependant, à condition qu’il y ait une convergence d’effort, faite avec un peu de sérieux et d’intelligence. Nous avons signifié dans des précédents chroniques qu’il faudrait miser, en premier lieu, sur les mesures préventives, en mettant le patrimoine forestier national sous l’œil vigilant d’un ensemble de règles préventives pratiques. S’équiper en avions anti-incendie, bombardiers d’eau, pourrait constituer une des solutions et non pas l’unique. Le nombre d’avions acquis jusqu’à présent reste très insuffisant en rapport avec les foyers d’incendie, déclenchés ici et là, depuis 02 jours, à travers les 16 wilayas concernées par le problème. Selon des informations, fournies par la Direction générale des forêts, il y a des mesures préventives qui ont été prises. Selon cette même source, l’on avait recensé 387 tours de contrôle, 544 brigades mobiles, 748 ateliers de travail, 324 camions anti-incendie. Une question que s’impose d’elle-même: est-ce que ce dispositif, paraissant énorme, serait-il suffisamment efficace, par rapport à la superficie énorme du patrimoine forestier national dont la surface serait aux environs de 04 millions 200 milles hectares? Nous ne sommes pas là afin de renier les efforts positifs consentis conjointement par les administrations concernées. Toutefois, nous avons le droit en tant que citoyens observateurs d’évoquer, sans la moindre arrière-pensée, les insuffisances constatées sur le tas et confirmées par la situation catastrophique qui prévaut à travers le territoire national. L’on a bien fait, mais l’on peut bien mieux faire. Ce qui se passe actuellement, pourrait servir dans l’avenir de «bonnes» leçons à retenir, en vue de faire mieux et développer ses capacités de lutte, notamment préventives, dans l’avenir.

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Corruption: Quel rôle pour la société civile ?

La meilleure des définitions que ...

Le Ramadhan: Un mois très dur pour les ménages

Au moment où le mois ...

«Djamaa El Djazaïr» Haut lieu de tolérance et contre l’extrémisme

Pour prouver le faut, il ...

Feuille de route pour une nouvelle république

Ô ! L’Algérie terre des ...

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...