Accueil » CHRONIQUE » Encore, face à la corruption!!

Encore, face à la corruption!!

Voilà un sujet «passionnant» qui se répète et s’impose de plus en plus sérieusement sur l’échiquier politique national … On veut faire des réformes ou du moins pratiquer des changements dans la gestion des affaires de l’Etat, et bien voilà, la corruption est là, pour faire parler d’elle plus qu’autre chose…nous parlons avec ce ton pessimiste juste pour nous rappeler que nous étions et nous sommes toujours un Etat corrompu jusque dans nos veines. En conséquence je défis quiconque pouvant prouver le contraire. Et d’ailleurs c’est la raison pour laquelle tout changement souhaité dans ce que nous appelons l’Algérie nouvelle, sans prendre en considérations et d’une façon absolument sérieuse, la question de la corruption, resterait un vain mot, ou un slogan creux. Mais, la question la plus pertinente, c’est de savoir, si le gouvernement actuel serait sérieusement engagé dans cette lutte ? Serait-il en possession d’une stratégie bien déterminée dans ce sens? Nous oserons dire ceci, parce que les bobards au sujet de la lutte contre la corruption ne datent pas d’hier. Tous les gouvernements qui se sont succédés depuis l’indépendance avaient pris des engagements solennels concernant la lutte contre le grand Mal des Etats. Je ne vous dirai pas le résultat de ces engagements et de ces luttes mystifiés, vous les connaissez tous. Enfin j’espère! Cet ONPLC crée, justement dans ce contexte, serait-il un de ces organes «rentiers» qui font d’habitude plus de vacarmes que d’actes positifs concrets? Ou bien serait-il, cette fois, plus déterminé à tenir tête au phénomène de la corruption dans ses fiefs les plus reculés…? Ce n’est pas de nos habitudes de se faire l’objet des préjugés. Or, «les préjugés sont le raisonnement des sots» disait-on, n’est-ce pas?! En dépit de notre pessimisme justifié par une longue expérience entachée par une longue histoire de bluff, nous laissons au temps de faire ses preuves vis-à-vis de ces algériens ayant pris l’initiative d’organiser la lutte, visant à soustraire le pays de la gangrène de la corruption… Il n’y a pas de lutte contre le grand mal de l’Etat, sans pratiquer des purges réelles au niveau des instances sécuritaires et judiciaires du pays. Ce sont les deux secteurs directement, concernés par ce projet de reforme. Ce sont, d’ailleurs, eux les deux instruments les plus tranchants dans le processus de cette lutte. Une justice, un service de sécurité corrompus ne sauraient être en mesure de frapper fort contre les criminels de l’argent sale. Les droits des citoyens sont bafoués, et Dieu sait combien sont ces citoyens victimes de ces injustices, parce que le juge du coin ou le commissaire du coin aurait encaissé des pots de café….

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

N’est pas maire qui veut !

Ce n’est pas donner à ...

Un handicapé est avant tout un citoyen!

La définition donnée à un ...

La femme face à la violence

Que ce soit, ici en ...

L’énergie solaire: Vendre du soleil aux autres

Pays du soleil par excellence, ...

Nouveau Code de la route Y aurait-il des changements?

Le nouveau Code de la ...