Accueil » ACTUALITE » En raison de la crise diplomatique avec l’Algérie. Les factures salées de l’Espagne

En raison de la crise diplomatique avec l’Algérie. Les factures salées de l’Espagne

Déjà, acheter de l’Espagne devait coûter plus cher en raison de la nouvelle méthode de calcul qui induit une augmentation des impôts à l’achat d’un bien, entre autres, immobilier, étant donné que ce pays a été lourdement touché par la crise économique mondiale suite au coronavirus à l’instar d’autres pays du monde. Il se trouve que l’Espagne qui a révisé ses impôts à partir du 1er janvier de l’année en cours, a dû paradoxalement déchanter et voir ses espoirs de booster entre autres son marché de la céramique sur le continent maghrébin, et particulièrement sur l’Algérie son principal client s’effondre comme un château de cartes. Et pour cause, la crise diplomatique entre Alger et Madrid depuis voilà plusieurs mois de cela, a engendré des pertes substantielles en devises au marché des émaux et de la céramique espagnole. Bien entendu, l’Algérie n’en sortirait pas perdante puisque l’Espagne pratique depuis janvier dernier des tarifs plus chers ce qui n’arrangerait probablement pas les affaires des entreprises algériennes importatrices, cela même si l’Espagne se positionne actuellement en force dans les émaux et la céramique. Plus aucun doute, les céramistes espagnols comptent aujourd’hui leurs pertes. Ils doivent en plus faire face aux surcoûts de l’Energie malgré que l’industrie céramique espagnole s’est relancée à l’échelle mondiale, elle ne cesse pas moins d’essuyer les conséquences du conflit diplomatique entre Alger et Madrid. L’Algérie était le principal marché vers lequel les entreprises espagnoles exportaient ces produits. Seulement voilà, depuis le début du conflit entre l’Algérie et l’Espagne, il se trouve que le marché espagnol des émaux et de la céramique est sérieusement touché. Cette fois c’est l’association patronale espagnole ANFFECC qui a enregistré ses pertes à 40 millions d’euros, a rapporté, dimanche, le site espagnol «elconfidencialdigital». Au début de l’été, ils signalaient déjà qu’ils avaient cessé de facturer 25 millions d’euros et aujourd’hui, le chiffre s’est presque multiplié, selon la même source. Pour cette raison, ils exigent du gouvernement «une solution diplomatique au conflit dans les plus brefs délais». L’association patronale a expliqué que les Algériens n’acceptent pas les produits des entreprises espagnoles provenant d’usines de production situées dans d’autres pays. Les entreprises exportatrices espagnoles demandent aujourd’hui au gouvernement Sanchez de reconsidérer sa position à l’égard de la politique de l’Algérie et faire en sorte qu’un changement imminent de position de l’Espagne sur le dossier du Sahara occidental puisse intervenir, dans les plus brefs délais, pour déboucher sur de nouvelles perspectives de coopération commerciale entre les deux pays. Car cela, selon les céramistes espagnols, a entraîné la disparition complète des relations commerciales dans le secteur de la glaçure céramique avec l’Algérie. En juin, l’Algérie a suspendu l’accord d’amitié avec l’Espagne, en vigueur depuis 2002. La raison de cette décision était le changement de position de l’Espagne concernant le conflit avec le Sahara Occidental. Sánchez a reconnu au Parlement que la position marocaine lui paraissait la «plus sérieuse». Par ailleurs, depuis ce conflit, l’autre grand souci de l’Espagne est la facture énergétique. Le président Tebboune ayant rompu officiellement tout échange commercial mais les hydrocarbures sont régis par un contrat particulier. Ces derniers continuent à être livrés de l’autre côté de la Méditerranée, mais à une quantité bien inférieure et à un prix plus conséquent. Cependant, Madrid a enregistré une augmentation importante de sa facture énergétique. Effectivement, l’Espagne n’a pas beaucoup d’alternatives au gaz algérien contrairement à quelques-uns de ses voisins européens. Pour rappel, l’embargo posé sur le gaz russe n’a fait qu’augmenter le prix de ce dernier. D’après les spécialistes, la hausse a atteint les 300% par rapport aux années précédentes. Contraint d’acheter du gaz naturel liquéfié, les dépenses s’élèveraient à 43 millions d’euros pour les six mois écoulés. Selon les prévisions, la dépense énergétique de cette année serait de plus de 40 milliards.

À propos B.HABIB

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Avantages accordés aux investisseurs par l’AAPI. Près de 160 secteurs d’activités exclus

Algérie–investisseurs pourquoi ça ne marchait ...

Rencontre du FLN et suspension surprise des travaux. Incidents verbaux et vive contestation

Une réunion, regroupant les cadres ...

Après deux ans d’exception, retour au système habituel dans l’enseignement. Rentrée des classes pour 11 millions d’élèves

La dernière épine qui pesait ...

Hassi Mefsoukh. Le président de l’APC soulève le problème du «manque de foncier de l’habitat rural»

Sise à plus de 30 ...

La piste d’une gestion en intérim de la commune de Bousfer se précise. L’incompatibilité d’humeur se poursuit entre le maire et certains de ses élus

La situation de blocage que ...