Accueil » Sbah Rabbi » En Marche contre la «Abaya»

En Marche contre la «Abaya»

La France tombe sous le charme du jeunisme en confiant son destin à Emanuel Macron qui a bien su se frayer une ligne politique destructrice des tendances classiques du général De Gaulle. Plus de gauche y compris son extrême, ni de droite y compris la sienne. Aucune doctrine ni philosophie du pouvoir, ni encore moins de discours charmeur qui indique les lointains rivages de la place d’un pays qui se veut grand par sa culture. Rien. Et comme les perspectives notamment sue le terrain de international se sont effacées devant la mégalomanie politique, on fait n’importe du quoi et en mal. La France sans l’Afrique est isolée, sans la Russie elle se suicide et en Europe ne compte plus tellement devant l’Allemagne pragmatique et rigoureuse. Et voilà que dans ce «n’importe quoi» un jeune Ministre de 34 ans nommé dernièrement à la tête de l’éducation Nationale s’attaque de manière « donquichottienne » à une tenue vestimentaire de jeunes lycéennes musulmanes. La «Abaya» faussement nommée devient la fixation d’un pouvoir qui cherche à se succéder malgré sa majorité toute relative au Parlement. Monsieur Gabriel Attal de Couriss car c’est de lui qu’il s’agit pense avoir inventé la poudre en s’attaquant dans la plus parfaite ligne du R.N à un sujet qui n’intéresse pas ses concitoyens. De Coursis étant le nom de sa mère qu’il a ajouté au sien sans doute comme signe de parfaite intégration, son père étant un juif tunisien. Il met son gouvernement et son parti devant un dilemme qui n’en finira pas de grignoter l’électorat qui a cru en cette supercherie politique qu’est «En marche». Le drame c’est qu’aucun courant politique depuis fort longtemps n’a réussi à faire émerger cet «Islam de France» et ce n’est certainement pas en empêchant des lycéennes de porter la «abaya» qu’on le fera naître par forceps. Au fait, combien de musulmanes portent cette risible «abaya» pour en faire un débat national ? La réponse est aussi risible.

À propos Ahmed Saifi Benziane

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le professeur s’est éteint le 05 octobre. Aziz Tadjeddine plus grand que grand

Le professeur Tadjeddine Abdelaziz, «Aziz» ...

Mettre de l’eau dans son vin

Désormais, coutumière des échecs politiques ...

Une vraie télé

Voilà bientôt deux années que ...

Les élèves sont-ils heureux ?

Une fois de plus la ...

Entêtement ou calculs politiques

Pas moins de 60 pays ...