Accueil » ORAN » En manque d’eau dans les robinets. Les citernes d’eau, un commerce juteux

En manque d’eau dans les robinets. Les citernes d’eau, un commerce juteux

Les citernes pour remplir les bâches d’eau pour faire face aux robinets secs, c’est devenu le quotidien des citoyens Oranais. En effet, la fête de l’Aïd El Adha oblige les citoyens à prendre toutes les mesures nécessaires et éviter le pire. Sauf que cette solution pourrait être porteuse d’autres malheurs, à l’image des intoxications à cause d’une eau non propre. En fait, les résidents des régions où l’eau boude les robinets, se voient dans l’obligation de s’approvisionner quotidiennement depuis les fontaines, mais aussi par les vendeurs d’eau des citernes qui représentent un danger imminent, du fait que les colporteurs ne prêtent jamais attention à la propreté des réservoirs. En fait, en dépit des campagnes de sensibilisation et les efforts déployés par les services de la direction du commerce, le phénomène des citernes s’accroît de manière suscitant l’inquiétude, au niveau des quartiers d’Oran. Exerçant sans inquiétude, du fait qu’aucune autorité dissuasive n’est intervenue pour éradiquer le problème, les propriétaires de camions, à bord desquels des réservoirs sont installés, sont les seuls saluts d’une population dans le besoin et qui n’a plus le temps et les moyens pour vérifier la source de l’eau. De leur côté, les commerçants, alimentation générale et autres activant dans des domaines autres que la consommation de nourriture, s’adonnent avec un grand plaisir à installer des citernes d’eau pour vendre soi-disant de l’eau potable à une clientèle qui ne se soucie, apparemment guère de sa santé. Et pourtant, les spécialistes tirent la sonnette d’alarme et avisent par-là même les autorités locales sur les conséquences d’une telle nonchalance des services compétents qui, lors de leurs passages, font l’impasse sur une activité qui risque de créer des épidémies. Il faut dire que la conjoncture actuelle et le manque accusé en eau potable ont permis la création d’un nouveau créneau juteux pour certains jeunes qui, en revanche, ne se soucient guère de la santé de la population, car cette eau n’a jamais fait l’objet de contrôle. Enfin, il est difficile de réprimander cette activité tant que l’Etat n’est pas en mesure d’alimenter les citoyens en eau potable, mais les citoyens se doivent de faire attention et prendre les mesures adéquates, comme faire bouillir l’eau avant de la consommer.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Batiwest-Expo 2021. Un événement qui tombe à point nommé

«Quand le bâtiment va, tout ...

Plusieurs actes doivent être pris pour organiser le secteur. Le transport en commun, un mal oublié

Après deux années, durant lesquelles, ...

Le grand boulevard envahi par les vendeurs à la sauvette. La cité AADL «Ahmed Zabana» vit l’anarchie

Ils sont à chaque fois ...

Surcharge, manque d’enseignants, état piteux des écoles étatiques. Les écoles privées ont la cote

Les grèves répétitives des enseignants, ...

Mauvaise distribution ou intention. Lait en sachet: La perturbation continue!

La crise du lait est-elle ...