Accueil » CHRONIQUE » En attendant. la grande bataille du Ramadhan

En attendant. la grande bataille du Ramadhan

En référence aux hausses effrénées des prix des produits alimentaires de première nécessité. Ainsi, le citoyen commence déjà à penser et à imaginer comment serait la situation, si elle continue dans cette déperdition pendant le Ramadhan qui arrive déjà, à grands pas ? Nous savons tous que le mois sacré est un mois de jeûne, de recueillement et d’abstinence et en même temps, c’est le mois de toutes les extravagances… C’est une façon de concilier les règles de sobriété imposées par la religion avec un mode de vie propre à ce mois sacré, imposé par les us et les coutumes de la société et hérités des ancêtres. Cette année, ça sera un peu différent. Depuis le début de l’année en cours, un séisme de hausses démesurées des prix s’était abattu sur le citoyen, notamment, celui de la classe « laissé pour compte ». La boule au ventre commence à avoir son effet négatif sur le moral et l’angoisse se déclenche dès qu’on pense, comment serait le Ramadhan, et comment se sortir du goulot d’étranglement. Si l’Etat ne remporte pas, d’ici là, une victoire décisive sur les réseaux mafieux des pénuristes et des cartels monopolisant l’activité commerciale du pays. Il faudrait, donc, s’attendre et bien se préparer psychologiquement ; au pire des scénarios. Toutes les informations laissent croire à une lutte sans merci, qui s’est déclenchée depuis quelques semaines, entre les pouvoirs publics et les réseaux des pénuristes. Nous savons que la bataille ne sera pas une randonnée pour se dégourdir l’esprit et les jambes, mais ça sera, sans nul doute, une vraie guerre contre ceux qui se sont accaparé, injustement, du pays et de ses atouts. C’est sûr que la mafia des pénuristes et des monopolistes ne se laissera pas faire. Elle va résister et elle résiste déjà avec une opiniâtreté sans égale. Cependant, il faudrait croire qu’une maffia s’était constituée en se ramifiant, des racines longues et profondes au cours des décennies avec la complicité des traîtres introduits dans les rouages de l’administration étatique, ne capitulera pas facilement. Ce que l’Etat envisage de cette lutte, ce n’est pas de tuer ces gens ou les emprisonner, mais tout simplement les soumettre aux lois et aux règlements de l’Etat algérien au point où nul individu ne saurait penser à surpasser l’Etat et sa souveraineté qui est censée surplomber tout et tous sans la moindre exception…

À propos Abdelkader Benabdellah

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Le 24 février, une date souveraine

Deux grandes dates faisant partie ...

L’obésité, l’inquiétant nouveau phénomène

Les milieux scientifiques et médicinaux ...

Cybersécurité

En arrivant chez nous, la ...

Quand l’Etat travaille pour le citoyen

La souveraineté du peuple, c’est ...

Israël défie le monde avec sa logique meurtrière

Israël est une base américaine ...