Accueil » ORAN » Elle est vendue à des prix hors de portée. L’orange de Messerguine plus chère que les produits importés

Elle est vendue à des prix hors de portée. L’orange de Messerguine plus chère que les produits importés

Aussi difficile soit-il de comprendre les raisons de la cherté de quelques produits du terroir, il n’est pas admissible de constater que, par exemple, l’orange de Messerguine se vend comme un article d’importation. En fait, avec les deux fêtes du nouvel an et le Yennaer, les commerçants de fruits et de légumes ont imposé des prix qui dépassent l’entendement. D’ailleurs, c’est inconcevable de voir des oranges se vendre à des prix qui dépassent ceux des bananes. Et pourtant, le vendeur crie à haute voix, « c’est l’orange de Messerguine », c’est-à-dire que logiquement sont prix devrait être à la portée de toutes les bourses. Or, au grand dam des consommateurs, le prix affiché ne repose sur aucune logique commerciale, du fait que les marges de bénéfices sont calculées sur un simple raisonnement qui n’est autre que de gagner de l’argent à tout prix et par n’importe quelle manière. Concrètement, il n’est pas difficile de constater un dérèglement dans le processus de vente, tant que les vendeurs à la sauvette, sont eux qui dictent leur loi. Ces vendeurs qui squattent les territoires, ne payent pas d’impôts, activent dans des conditions impropres, sont aujourd’hui les maîtres des marchés et affichent comme il leur semble les prix sur les ardoises, et ce, sans que personne ne dise un mot. Enfin, à ce rythme, le consommateur se verra dans l’obligation de s’abstenir sinon il ne pourra pas suivre cette hausse frénétique des prix.

À propos Islam Rayan

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Alors que le marché communal demeure inoccupé. Les vendeurs à la charrette préfèrent les rues

En dépit de l’ouverture du ...

Il emboite le pas au poisson frais. Le surgelé également hors de portée!

Le poisson ne se pose ...

Enième coupure d’eau au Pôle urbain Ahmed Zabana. Les colporteurs ambulants jubilent

L’eau ne coule plus dans ...

Distribué en peu de quantité à l’AADL « Ahmed Zabana » La crise du lait en sachet coïncide toujours avec le Ramadhan

Avec l’arrivée de chaque Ramadhan, ...

Premier jour du Ramadhan à l’AADL Ahmed Zabana. Les commerçants en profitent, les citoyens en déclin

Alors que la population oranaise ...