Accueil » ACTUALITE » Elle a fait son apparition sur les plages de Tipasa, Jijel, Ain Témouchent, Oran, Boumerdes, Bejaia, Tizi-Ouzou et Skikda. Alerte à la méduse portugaise!

Elle a fait son apparition sur les plages de Tipasa, Jijel, Ain Témouchent, Oran, Boumerdes, Bejaia, Tizi-Ouzou et Skikda. Alerte à la méduse portugaise!

Une méduse dangereuse, appelée la galère portugaise ou Physalia Physalis, vient de faire son apparition sur presque toutes les plages du littoral algérien. Elle a été repérée, pour la première fois, en mai dernier au niveau de la plage de Boulimat (Bejaia) avant de faire son apparition, récemment, sur les plages de Tipasa, Jijel, Ain Témouchent, Oran, Boumerdes, Béjaia, Tizi-Ouzou et Skikda. «Elle est mortelle pour l’homme et l’animal, car il s’agit bien de la galère portugaise Physalia Physalis découverte dernièrement au niveau des côtes oranaises puis retrouvée dans les wilaya de Skikda, Jijel et Annaba », apprend-on de la direction de l’environnement de la wilaya de Bejaia. «Physalia Physalis est une méduse venimeuse qui vit généralement à la surface des mers tropicales et subtropicales, mais la force des vents et des courants marins l’ont probablement poussée vers la mer Méditerranée», indique encore notre source qui précise que cette méduse « dispose d’un flotteur rempli d’air qui la maintient à la surface». Selon les spécialistes en la matière, cette méduse «est équipée de tentacules très urticantes». La partie émergée ressemble de loin à un petit ballon allongé, translucide, aux reflets roses et bleus, surmonté d’une crête». « Même morte échouée sur la plage, le pouvoir irritant de ses tentacules reste intact. Le contact avec une physalie provoque une douleur intense immédiate, des zébrures de la peau et des démangeaisons », nous dira un marin pêcheur qui nous révèle qu’après « un délai de quinze minutes à une heure, des signes de gravité variable peuvent se manifester: nausées, vomissements, accélération du pouls, douleurs dans la poitrine et l’abdomen, difficultés respiratoires, douleurs musculaires et articulaires, malaises, vertiges, fièvre». Il convient de signaler que le venin de la Physalie (Physalitoxine) est dangereux pour l’être humain. Les spécimens de grande taille peuvent, dans certains cas être responsables d’un envenimement mortel. Le ministère de l’Environnement a, pour sa part, mis en garde contre l’apparition de cette Galère portugaise ou “Physalie ou vessie de mer” sur les rives de plusieurs plages nationales. Les premiers spécimens de cette espèce marine fortement toxique pour l’homme et les animaux, ont été repérés et documentés en mars dernier, lors d’une mission d’inspection effectuée par le ministère de l’Environnement, en face des côtes oranaises”, a indiqué un communiqué du ministère, citant d’autres rapports (31 spécimens retrouvés) élaborés dans les wilayas de Tipasa, Jijel, Ain Témouchent, Oran, Boumerdes, Bejaia, Tizi-Ouzou et Skikda. « Même mortes, échouées et à moitié sèches, les Physalies sont dangereuses plusieurs jours ou semaines, après leur échouage », explique le ministère de l’Environnement, en signalant que son “envenimement consiste en une intense douleur accompagnée de multiples symptômes”. Ce même Département appelle les citoyens «à se rapprocher rapidement du plus proche centre médical en cas d’enveniment” par la Galère portugaise qui «se déplace grâce aux courants marins et aux vents, à travers son sac gonflé d’air d’aspect rosé ou bleuté». «Cette espèce n’attire pas l’attention des nageurs, vu sa forme polype qui ressemble à un sac en plastique”, explique encore la même source qui appelle les estivants « à éviter tout contact avec ce siphonophore vivant ou échoué et à signaler aux autorités compétentes (Direction de l’environnement, Commissariat national du littoral, Direction de pêche, Protection civile, Universités ou Association de l’environnement) en cas de repérage de cet animal». Cette méduse dangereuse a aussi atteint les plages tunisiennes via le détroit de Gibraltar et elle a été aperçue récemment en Italie et bien dans d’autres régions de la Méditerranée.

À propos Hocine Smaali

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Massacres du 17 octobre 1961. Un crime d’Etat

L’Algérie célèbre aujourd’hui le 60e ...

Propos attribués à Emmanuel Macron sur l’Algérie. Le dérapage de trop !

A quelque mois des présidentielles ...

MO Béjaïa. Démission collective des actionnaires de la SSPA

Les actionnaires de la SSPA/ ...

La LADDH a lancé un appel pour indentification des corps. Des harragas de Béjaïa ont péri en mer

Ils sont partis depuis Oran ...

Il leur a promis une loi de reconnaissance et réparation. Réélection de Macron: Les Harkis à la rescousse

Le pouvoir français continue dans ...