Accueil » MONDE » Election américaine 2020. La triche sera au rendez-vous

Election américaine 2020. La triche sera au rendez-vous

En route vers la grande magouille. Ce mardi 3 novembre, Donald Trump va tenter de se faire réélire à la Maison Blanche, quatre ans après la victoire surprise de son “Make America Great Again” sur Hillary Clinton. Et au terme d’une campagne insipide au niveau des idées, vampirisée par le coronavirus et le concours de popularité entre Joe Biden et le président sortant, le piètre spectacle offert depuis quatre ans risque de perdurer un peu plus. En effet, à mesure que l’échéance se rapproche, un faisceau d’indices tend à montrer que le combat électoral ne sera pas beau à voir partout aux États-Unis, du fait des républicains. De nombreuses initiatives visant à décourager les Américains d’aller aux urnes, voire à rendre leurs bulletins irrecevables, émergent ainsi aux quatre coins du pays. Comme l’écrivait le Guardian durant l’été, rien de bien étonnant à cela avec un président sortant qui a fait de la triche un “mode de vie”, pour citer sa nièce Mary. Un homme qui trichait adolescent à ses examens, a fraudé les impôts et volerait même les parties de golf auxquelles il aime tant s’adonner. Petit tour d’horizon des manœuvres qui se mettent progressivement en branle outre-Atlantique… Pour entrer de plain-pied dans le sujet, quoi de mieux qu’un exemple explicite? En Californie, le parti républicain a installé des urnes illégales destinées à recueillir les bulletins par correspondance… en vue de les remettre lui-même aux autorités. Pris la main dans le sac, les dirigeants conservateurs ont assumé et, avec la bénédiction de Donald Trump, ils ont continué. Forcément, cette manœuvre choque outre-Atlantique et les autorités locales craignent qu’elle permette aux républicains de compromettre l’élection, par exemple en imaginant qu’ils fassent disparaître certains bulletins qui n’iraient pas dans leur sens. Ou qu’ils bourrent les urnes en y ajoutant de nouvelles voix. Ou encore qu’ils aillent démarcher des électeurs potentiels en influençant leur vote et en récupérant immédiatement leur bulletin. “Il est crucial que l’État de Californie puisse s’assurer que tous les bulletins qui ont été déposés dans une urne puissent parvenir aux autorités et être comptabilisés”, ont ainsi alerté plusieurs juges locaux. Sauf que le parti républicain joue avec les règles, et notamment avec une loi qui permet à des citoyens de récolter les bulletins, bien qu’entre un citoyen et un parti qui est, sans mauvais jeu de mots, juge et partie dans une élection, il y a un gouffre. Ou du moins un flou juridique avec lequel les partisans de Donald Trump jouent. Du fait de l’épidémie de coronavirus, des bulletins de vote par correspondance pour l’élection présidentielle ont été envoyés aux quelque 21 millions d’électeurs californiens. Autant de voix qui pourraient finir dans les urnes illégales mises en place par les républicains, avec toutes les obscures conséquences que cela pourrait avoir sur le scrutin. D’après Soufian Alsabbagh, spécialiste de la droite réactionnaire américaine, c’est notamment grâce à un exemple ubuesque que l’on voit que les républicains “paniquent” à l’approche du scrutin: celui du Texas. Depuis quarante ans maintenant, les conservateurs n’ont plus perdu le deuxième État le plus peuplé du pays, remportant à chaque fois depuis 1980 l’intégralité des grands électeurs qu’il fournit. Mais la donne pourrait changer cette année. Alors pour éviter ce qui serait une déroute historique, les alliés de Donald Trump font tout ce qu’ils peuvent, quitte à prendre des mesures à peine croyables. C’est ainsi que le gouverneur Greg Abbott, très proche du président en place, a décrété -au nom de la santé publique dans le contexte de l’épidémie de covid- qu’il n’y aurait qu’un seul endroit par comté où déposer son bulletin de vote par correspondance durant les semaines précédant le scrutin. Cela signifie que dans le comté d’Harris par exemple, qui compte près de 4,7 millions d’habitants, tous les électeurs doivent faire la queue au même endroit pour espérer glisser leur bulletin dans l’urne. “Une tentative claire d’empêcher les électeurs démocrates” d’aller voter, selon les associations de défense des droits civiques qui ont contesté la mesure en justice.

À propos Carrefour

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Tempête politique aux États-Unis après la perquisition du domicile de Trump. “Personne n’est au-dessus des lois”

Une première étape vers un ...

Taïwan. «Des avions et des navires de guerre» chinois à 20 km des côtes

Taïwan a fustigé vendredi 5 ...

L’Onu avertit. La Corée du Nord prépare son premier essai nucléaire depuis 2017

Des travaux de construction d’une ...

Afghanistan. Les États-Unis ont tué al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda

Le chef d’Al-Qaïda, l’Égyptien Ayman ...

Traite des êtres humains. Le HCR plaide pour plus de protection le long des itinéraires

Les services de protection font ...

%d blogueurs aiment cette page :